Modérateurs : Guru, LucAl, piranhas

Que vont faire les Spurs cette saison ?

2013, c'est impair donc San Antonio va chercher son 5e titre
2
22%
Échouer pour la première fois en finale NBA
2
22%
Finaliste malheureux à l'ouest encore une fois
3
33%
Élimination au 2e tour, trop de concurrence
2
22%
Un petit tour de playoffs et puis s'en va
Aucun vote
0%
Les playoffs ratés et obtention du lottery pick
Aucun vote
0%
Avatar de l’utilisateur
par LucAl
#436257
San Antonio Spurs


Image


Se faire éliminer des playoffs par le Thunder n’est pas honteux, loin de là. Pourtant, les Spurs risquent de se mordre les doigts pendant encore quelques temps si le Big3 ne gagne pas un dernier titre avant de partir. L’équipe de l’année dernière avait tout pour briller et redevenir championne NBA grâce à un jeu offensif exceptionnel. Malgré tout, le Thunder a fini la finale de conférence en trombe avec un collectif qui leur était inconnu jusqu’ici (et un arbitrage douteux sur le match 6). San Antonio pourrait donc se dire que la saison qui vient sera la sienne. Le problème, c’est que les Lakers se sont renforcés de façon spectaculaire, le Thunder va continuer de progresser et le Heat à l’est aura encore la rage de vaincre. Comme c’est souvent le cas l’été, les Spurs n’ont pas fait de chamboulements dans leur effectif. Cela va donc apporter son lot d’avantages et d’inconvénients : début de saison facilité, joueurs en confiance et rôdés par la saison passée, progression des jeunes mais également le souci qu’est le vieillissement des cadres. San Antonio devrait donc toujours se situer vers le haut de la conférence ouest l’année prochaine et tenter de viser le titre grâce au collectif plus qu’aux individualités, à moins que l’âge devienne vraiment rédhibitoire et ne plombent les ambitions avant les phases finales.


L'effectif


Meneurs

Image

Tony Parker
18,3 pts ; 7,7 pad ; 2,9 reb

On s’attendait à ce que Tony Parker sorte une grosse saison l’an passé. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas déçu. 5e au vote du MVP, de retour au All-Star Game, dans le 2e 5 All-NBA et une affirmation au niveau des tous meilleurs meneurs de jeu NBA ont couronné le meneur français. La seule déception vient finalement du fait qu’il n’ait pas pu mener son équipe au titre en souffrant sur les derniers matchs contre le Thunder. En tout cas, TP jouera cette année encore le premier rôle dans l’attaque texane. En effet, Gregg Popovich lui a confié les rênes de l’équipe plus qu’à Tim Duncan, soit une révolution à San Antonio depuis 2 ans. Pour ce qui est de son jeu, TP est à son pic de carrière. Sa vitesse est toujours intacte (prouvée au radar NBA) et son expérience commence à être plus qu’importante. Défensivement capable, il est toujours un des meilleurs joueurs de pénétration en NBA. À ses qualités techniques naturelles, il a ajouté un shoot à mi-distance très solide et un passing game plus qu’intéressant. Son seul défaut reste donc son adresse à 3 points qui est plus qu’irrégulière.


Image

Nando de Colo
13,1 pts ; 2,9 pad ; 3,1 reb au Valencia BC

San Antonio a connu de gros problèmes la saison passée à la mène derrière Tony Parker. Entre la retraite forcée de TJ Ford, le faible niveau de Cory Joseph et l’intégration trop tardive de Patrick Mills, Popovich a souvent été obligé d’improviser derrière TP. Pourtant, les résultats ne s’en sont jamais ressentis, preuve de la maestria du coach de l’année. Pour autant, impossible de recommencer une saison sans tenter de résorber de problème. C’est pour cela que Nando de Colo arrive à San Antonio. Drafté en 53e position en 2009, le nordiste a prouvé en équipe de France et à Valence qu’il avait de belles qualités. Son talent offensif sera intéressant à développer car il sait aussi bien jouer en pénétration que shooter à mi-distance ou à 3 points. Par contre, il devra corriger ses problèmes de régularité au plus haut niveau ainsi que sa défense, surtout s’il doit jouer en 2e arrière. Nando de Colo est un combo guard naturel : trop petit pour être un vrai 2, trop lent pour être un meneur « moderne ». S’il est polyvalent, ne pas avoir de vrai poste pourrait le pénaliser en NBA. En tant que rookie NBA dans une ligne arrière ultra blindée, Nando pourrait passer pas mal de temps sur le banc. Malgré ça, en attendant de voir ce qu’il va faire sur les parquets, il est attendu comme une sorte de Manu Ginobili moins athlétique.


Image

Patrick Mills
10,3 pts ; 2,4 pad ; 1,8 reb

S’il y a bien un joueur qui n’a pas vu l’issue du lockout arriver, c’est bien Patrick Mills. Une signature malheureuse en Chine à peine quelques jours avant la fin de la grève l’a bloqué en Chine jusqu’en mars. Fraichement débarqué à San Antonio avant les playoffs, il n’a pas vraiment réussi à se créer une place dans l’effectif. Pourtant, l’Australien s’est fait remarquer sur les derniers matchs dans lesquels il a cartonné en l’absence des cadres. C’était donc pas forcément garanti de le revoir un an de plus à San Antonio car sa cote aurait pu monter à ce moment là. Il faut dire que le meneur des Boomers a des qualités : une véritable adresse à 3 points, un talent de scoreur intrigant, une confiance exceptionnelle voire même une défense empoisonnante dans ses bons jours. Cependant, il n’aura pas de passe droit. TP est encore là et devrait prendre plus de 30 minutes par match. Derrière lui, il faudra se partager le gateau à 4 si on compte Gary Neal en tant que meneur, sachant qu’il ne devrait plus être beaucoup utilisé en 2. S’il veut devenir le backup à plein temps de TP, il faudra non seulement marquer en étant adroit, défendre dur et surtout, savoir faire tourner la boutique, chose qu’il ne maitrise pas forcément. Saison de challenge donc pour celui qui semble partir avec un tout petit peu d’avance sur ses concurrents à la mène.


Image

Cory Joseph
2,0 pts ; 1,2 pad ; 0,9 reb

Drafté en 2011 en fin de premier tour à la surprise générale, Cory Joseph a déçu. Les soucis de santé de TJ Ford lui ont laissé l’occasion de s’exprimer et pourtant, ça n’a jamais fonctionné. Malgré que les Spurs n’aient plus de remplaçant à TP, il a fini par retourner sur le banc avant d’aller en D-League. Aux Toros, il a réussi à signer un triple double avant de devenir champion NBDL, sauvant ainsi une saison mal embarquée. Restant quand même vert pour la NBA, il a joué cet été en Summer League durant laquelle il s’est plutôt illustré de belle manière. Heureusement pour lui car vu les lignes arrières à San Antonio, il n’aurait pas pu se remettre d’un nouvel échec en NBA. Cory Joseph est encore très jeune (21 ans) et semble progresser, notamment au shoot. Ce meneur sait faire des choses sur un parquet mais ne semble pas suffisamment fort pour briguer autre chose qu’un spot de 3e meneur, quelque soit la franchise. Par conséquent, sa situation reste compliquée et il pourrait passer un an de plus en NBDL.



Arrières

Image

Manu Ginobili
12,9 pts ; 4,4 pad ; 3,4 reb

On ne présente plus Manu Ginobili, le vieux routier argentin qui a le palmarès le plus rempli au monde. Très fort en pénétration grâce à des fondamentaux parfaitement maitrisés, devenu adroit à toutes les distances avec le temps, playmaker exceptionnel, défenseur collant et vicieux, clutch à souhait, El Manu est l’un des meilleurs joueurs de sa génération. Cependant, son âge (35 ans) commence à peser lourd, surtout qu’il a pas mal de kilomètres au compteur… Sa dernière saison a été mi-figue mi-raisin. Ses stats ont fortement baissé à cause de ses blessures et de son dévouement au collectif. Par contre, il a performé contre le Thunder de façon exceptionnelle mais malheureusement ça n’a pas suffi. Il sera donc encore une fois un atout majeur des Spurs. Ceci dit, attention aux blessures, surtout qu’il a joué les JO avec l’Argentine pour une médaille en chocolat cruelle…


Image

Daniel Green
9,1 pts ; 1,3 pad ; 3,5 reb

12e homme au début de la saison passée, rien ne laissait présager que Danny Green allait passer la majorité de la saison dans le 5 de départ avec de grosses minutes, même quand Manu Ginobili s’est blessé. Celui qui était sophomore en 2011-12 a saisi sa chance de manière parfaite pour dominer une concurrence solide dans la rotation. On savait qu’il avait des qualités de role player en sortie de banc. Ce qu’on ne savait pas, c’est qu’il pouvait produire presque tous les soirs au même niveau. Si on excepte sa sortie de route en fin de playoffs, il a produit un exercice assez semblable à celui de Kawhi Leonard, l’autre énorme surprise texane, ce qui est évidemment très remarquable. Ses qualités sont celles du pur rôle player : défenseur solide sur les postes 1 à 3 (malgré une technique défensive spéciale), shooteur très solide à 3 points (et de moins en moins fonction de séries), capacité de slasher au cas où. On ne sait pas pour le moment s’il réintégrera le 5 de départ (ce qui marchait bien) mais Green s’est fait une place au soleil dans le Texas. Reste maintenant à prouver sa saison et son nouveau contrat sympathique. Pour cela, il faudra refaire les perfs d’avant la fin des playoffs. Compliqué mais faisable.


Image

Gary Neal
9,9 pts ; 2,1 pad ; 2,1 reb

Après une saison rookie qui l’avait vu s’affirmer en héros sauveur (provisoire) de saison contre Memphis, Gary Neal n’a pas semblé vraiment progresser la saison passée. Si son talent offensif de finisseur est vraiment exceptionnel, sa défense a tendance à coûter à son équipe. À partir de là, c’est compliqué de lui donner beaucoup plus que ce qu’il n’a déjà. Barré au poste 2 par Manu et Danny Green, il a réussi à retrouver refuge en tant que meneur de jeu. Le problème, c’est qu’il n’est pas un playmaker, son dribble n’est pas assez fiable pour remonter la balle et sa défense est encore plus une faiblesse face aux dragsters actuels à la mène. Cette saison, Neal devrait être replacé à son poste naturel qu’est le 2e arrière mais cela engendre aussi une énorme concurrence qui pourrait lui coûter pas mal de minutes. Reste à savoir s’il sera capable de shooter aussi bien s’il joue 3 minutes que s’il en joue 15. Si ce n’est pas le cas, il pourrait quitter les Spurs. Même si rien n’a encore été dit à ce sujet, il semble assez clair qu’il y a trop de monde sur les postes 1 et 2 et qu’il est celui qui fait un peu doublon.



Ailiers shooteurs

Image

Kawhi Leonard
7,9 pts ; 1,1 pad ; 5,1 reb

Kawhi Leonard a frappé très fort lors de sa saison rookie. Complètement inconnu à son arrivée (malgré qu’il ait coûté George Hill), l’ancien pensionnaire de San Diego State a fini les playoffs en tant que titulaire indiscutable. Dans une équipe aussi forte que les Spurs, ça vous classe un joueur. D’abord connu comme un défenseur de qualité, il a prouvé ce qu’on attendait de lui dans la lignée de Bruce Bowen sur l’aile. Là où il a cartonné, c’est offensivement. Son shoot s’est amélioré spectaculairement au point de devenir vraiment fiable. Après avoir joué au role player de luxe la saison passée, il a fait la Summer League de cet été où il a littéralement tout cassé au scoring et au playmaking, ce qui n’était pas forcément ce qu’il faisait de mieux. Ainsi, il sera attendu cette année à d’abord confirmer puis être un joueur capable de faire la différence à lui seul. Ce ne sera pas facile mais ce digne successeur de Tim Duncan dans l’attitude semble être un futur très grand.


Image

Stephen Jackson
9,8 pts ; 2,5 pad ; 3,5 reb à Milwaukee puis San Antonio

Échangé contre la continuelle déception Richard Jefferson, Stephen Jackson est arrivé en terrain conquis. S’il s’est retrouvé plus ou moins barré par l’éclosion de Kawhi Leonard, Captain Jax a refait surface en playoffs et particulièrement contre le Thunder. Lui aussi vieillissant et en fin de contrat, il est en train d’évoluer en tant que joueur. Fini le super scoreur, bonjour au role player solide capable de faire sentir son expérience. Jax est également un bon défenseur et peut switcher en 4 en configuration small ball. Se considérant à la maison à San Antonio, Jackson se donne à fond tous les soirs et est un des joueurs les plus appréciés du groupe. Attention quand même à ce contrat expirant (qui n’a pas été prolongé et ne le sera pas forcément) qui pourrait finir ailleurs d’ici la fin de saison, même si San Antonio n’est pas fanatique de ce genre de transferts.



Ailiers forts

Image

Boris Diaw
6,4 pts ; 4,9 reb ; 0,4 ctr à Charlotte puis San Antonio

L’arrivée de Boris Diaw à San Antonio a coïncidé avec le début de l’incroyable enchainement de victoires des Spurs. Vite intronisé dans le cinq de départ, Boris a compris qu’il devait jouer un rôle qu’il adore, celui du facilitateur. Grâce à sa polyvalence aussi bien en attaque qu’en défense, El Presidente a semblé être le maillon manquant de l’équipe. Le problème, c’est que le Thunder s’est mis à faire des impasses sur Boris qui a eu une nouvelle fois eu tendance à s’effacer au profit des autres, ce qui n’était pas profitable à ce moment là. Par conséquent, Gregg Popovich a promis cette année de plus l’intégrer dans ses systèmes pour éviter les trous d’air et rendre les Spurs encore plus dangereux. Si ça marche, attention aux dégâts… Boris Diaw est aussi un joueur resigné. Son nouveau contrat porte sur un an à $4,5M avec un option pour lui d’un an.


Image

DeJuan Blair
9,5 pts ; 1,2 pad ; 5,5 reb

Les saisons se suivent et se ressemblent pour DeJuan Blair. Titulaire en début de saison, il finit par cirer le banc en playoffs. La principale raison à cela ? Sa défense plus que suspecte en 1vs1. Gêné par son manque de taille, Blair n’arrive pas à tenir les intérieurs scoreurs assez efficacement pour conserver du temps de jeu. En plus, l’arrivée de Boris Diaw l’a relégué au bout du banc encore plus que d’habitude. De plus, Blair a également déçu au rebond l’année dernière, pourtant une de ses forces dans ses premières années. Ce qu’il a par contre montré toute l’année, c’est sa capacité à jouer le pick&roll avec son up&under qui est devenu son spécial. Il a de bonnes mains et une capacité de finition assez intéressante même si parfois techniquement suspecte. Difficile de savoir le rôle que Blair aura cette saison. Il est souvent cité dans les rumeurs de transferts et ne semble plus vraiment être un joueur important de cette équipe. On imagine que San Antonio aimerait récupérer un joueur plus grand contre lui. Reste à savoir qui et comment.


Image

Matt Bonner
6,6 pts ; 3,3 reb ; 0,3 ctr

Matt Bonner est un des joueurs favoris de Gregg Popovich car il écarte le jeu comme peu d’intérieurs peuvent le faire grâce à son adresse diabolique à 3 points. Pourtant, le Red Rocket a la fâcheuse habitude de se décomposer en playoffs. Vu qu’il a un rôle sous estimé dans l’équipe, les Spurs ont traditionnellement tendance à souffrir de ses carences d’adresse face à la pression. Ces contre-performances ont fait de lui une cible facile pour les fans qui ont réclamé l’amnistie sur son gros contrat. Cette amnistie aurait peut être eu lieu si Erazem Lorbek avait signé cet été mais il faut se rendre à l’évidence : Bonner sera là une saison de plus. On retrouvera donc ses shoots à 3 points, ses quelques pénétrations de mieux en mieux maitrisées et son énergie. On peut aussi parler de sa défense : Bonner est un bon défenseur dans l’aide en général même s’il souffre en 1vs1 et n’est pas toujours un rebondeur énergique. Lui aussi vieillissant, il faudra s’attendre à le voir une quinzaine de minutes sur le parquet tous les soirs, à moins que Gregg Popovich ne change se rotation.



Pivots

Image

Tim Duncan
15,4 pts ; 9,0 reb ; 1,5 ctr

Tim Duncan profite maintenant de ses étés pour perdre du poids et travailler son shoot. Bien lui en a pris car il est passé du franchise player dangereusement sur le déclin à un pivot très polyvalent et efficace avec de grosses responsabilités. Le rôle du Big Fondamental n’est donc plus le même que par le passé mais son apport dans la peinture est tout simplement indispensable. Défensivement solide quand il met l’énergie, Dream Tim a élargi sa palette offensive au shoot et en jouant plus écarté. Par contre, c’est de plus en plus rare de le voir jouer en isolation au poste bas comme par le passé. De plus, Gregg Popovich devrait encore une fois l’économiser en saison régulière et il ne devrait que rarement passer plus de 30 minutes sur le parquet en saison régulière. On notera aussi son nouveau contrat de $20M qui porte sur deux saisons avec une en option. Autant dire qu’il faudra profiter des dernières saisons du grand Tim


Image

Tiago Splitter
9,3 pts ; 5,2 reb ; 0,8 ctr

Tiago Splitter a enfin prouvé en NBA qu’il pouvait faire des dégâts. Malheureusement, il s’est complètement troué en playoffs en retombant dans ses vieux travers. Il est aussi une des raisons de l’échec de San Antonio face au Thunder. Sujet au Hack-a-Shaq alors qu’il tournait à 70% sur la ligne en saison régulière, il a fini par coûter cher en manquant beaucoup de lancers-francs. C’est dommage car son geste s’était vraiment amélioré par rapport à sa saison rookie. À part ça, il a montré une belle panoplie de mouvements au poste bas à base de feintes principalement et une défense plutôt solide. Il reste donc à Splitter d’ajouter un shoot à mi-distance et d’avoir une attitude moins bizarre pour vraiment faire mal à tout le monde. Cependant, il a montré que quand il était en vrac, l’équipe marchait moins bien, preuve de son importance croissante. On attend donc de lui qu’il fasse encore plus son trou et qu’il permette à l’équipe de tourner sans trop compter sur Tim Duncan. D’ailleurs, on peut noter que Tim Duncan et Tiago Splitter ne jouent presque jamais ensemble.



J’ai présenté les 14 joueurs signés en « oubliant » volontairement le drafté Marcus Denmon qui a signé à Chalon sur Saône. Il reste donc une dernière place à pourvoir dans cet effectif. Elle a été tenue en fin de saison passée par Derrick Byars qui a été coupé il y a quelques jours. Ce n’est pas dit qu’elle soit pourvue au début de la saison, à moins qu’un agent libre qui intégrerait la rotation ne soit signé (j’y reviendrai dans la partie recrutement). L’équipe devrait aussi accueillir 4 ou 5 joueurs pour le training camp.


Le staff

RC Buford : le GM depuis 10 ans maintenant. Il est en train de réussir un vrai bon boulot en ajoutant progressivement de bons jeunes sans coûter les espoirs de titres. On a pu croire la saison dernière qu’il avait réussi l’incroyable avec son recrutement d’excellente qualité qui aurait pu amener le titre.
Gregg Popovich : coach de l’année 2012. Peut être le meilleur coach actuellement en NBA. Présent depuis 1996, il est tout simplement emblématique.
Les assistants : Mike Budenholzer, Brett Brown, Chip Engelland, Chad Forcier et Ime Udoka.

Un peu de changement cette année chez les assistants avec les départs de Jacque Vaughn pour Orlando et celui de Don Newman. Ime Udoka signe quant à lui son retour à San Antonio mais cette fois sur le banc.


Le recrutement

Dans le passé les Spurs n’ont jamais trop chamboulé leur effectif l’été. Cette intersaison n’aura pas changé les habitudes. Il n’y a qu’une seule et unique signature : celle de Nando de Colo qui vient compléter un backcourt déjà copieux et aucun départ (mis à part Derrick Byars). San Antonio mise donc sur la stabilité du groupe pour la nouvelle saison. Ce n’est pas une mauvaise idée quand on sait le succès qu’a connu cette équipe remodelée relativement profondément en cours de saison et encore plus depuis deux ans. Si l’âge ne pèse pas trop dans le mauvais sens, un an de plus pourrait permettre à cette équipe ultra profonde de viser le titre. Intégrer encore plus Boris Diaw, Kawhi Leonard, Patty Mills et même Stephen Jackson peut poser de gros problèmes à de nombreux coachs. Maintenant, il reste plusieurs interrogations.

Peut-on gagner le titre sans superstar ? On pourrait répondre oui car Detroit l’a fait en 2004. Cette année là, les Lakers avaient aussi fait un recrutement XXL. Mais il n’y avait pas d’équipe bourrée de stars comme Miami ou Oklahoma City. De plus, les Pistons de 2004 étaient ultra défensifs. Dallas a gagné en 2011 avec un Dirk Nowitzki ultra royal et un supporting cast de très haute qualité (Terry, Marion…) mais les Spurs de 2013 ne semblent pas avoir de joueur qui peut jouer au niveau du Wunderkind de 2011. Voir cette équipe aller au bout serait une sorte de première dans l’histoire récente de la NBA.

Peut-on gagner le titre avec une raquette si « petite » ? Miami 2012 nous fait penser que oui. D’un autre côté, ils n’ont eu affaire qu’aux Pacers avec deux vrais bigmen mais sans expérience. En finale, ils ont joué le Thunder avec des intérieurs peu dangereux au poste bas. Rien de comparable avec les Lakers de cette année à l’ouest donc. Dans le passé récent, il n’y a pas vraiment d’équipe comparable à celle des Spurs à être allé chercher le Larry O’Brien Trophy.

Pour ce qui concerne une éventuelle superstar manquante, c’est impossible d’espérer en voir débarquer une. Le marché des agents libres est terminé et il n’y a pas de marge salariale. Ensuite, il est complètement irréaliste de penser qu’une star arrive via un transfert. Premièrement, les Spurs ne sont pas fans des échanges de stars et surtout, il n’y a pas de monnaie d’échange à faire valoir.

Par contre, recruter un intérieur d’envergure est encore possible. Il y a à mon sens 4 intérieurs intéressants pour les Spurs :
- Chris Andersen : pas forcément renommé mais courageux en défense et au rebond. C’est typiquement le profil qui manque dans l’effectif. En plus, ce n’est pas un joueur qui bouffe le ballon en attaque.
- Andray Blatche : amnistié par les Wizards, c’est un joueur très talentueux mais avec un professionnalisme douteux. Il a promis qu’il ne dérapera plus comme dans le passé et qu’il voulait juste retrouver les parquets. Reste à savoir s’il dit vrai… C’est donc un risque à prendre que de le recruter mais aussi dingue soit-il, je ne pense pas qu’il puisse détruire la belle entente de l’effectif. Au contraire, il pourrait même s’affirmer dans une équipe super structurée et expérimentée. Sa taille et ses capacités de scoreur pourraient ajouter une corde de plus à l’arc de Pop. De plus, il aurait déjà été approché par les Spurs.
- Kenyon Martin : pas forcément vu à son avantage aux Clippers, Martin n’a pas encore trouvé preneur. Apprécié par Gregg Popovich, les Spurs pourraient tenter une approche. Le problème, c’est qu’il a signifié qu’il ne voulait pas jouer pour le minimum vétéran. Or, les Spurs n’ont rien d’autre à proposer.
- Darko Milicic : un joueur européen comme les Spurs les aiment tant. Le problème, c’est que Milicic n’a jamais été au niveau attendu en NBA. Par contre, il pourrait apporter en défense avec ses contres et sa grande taille.

Dans les 4 que j’ai cité, je pense que Blatche est celui qui serait le meilleur ajout à l’équipe. Les Spurs sont au dessus du cap et ont donné la MLE entière à Boris Diaw ainsi que la Bi-annual exception à Nando de Colo. Il ne reste donc que la possibilité de recruter au minimum vétéran. C’est ce manque d’argent qui bloque certainement la signature de Kenyon Martin car Pop l’aime beaucoup. Blatche pourrait accepter le minimum car il va toucher l’argent promis par Washington quoiqu’il arrive. De plus, il pourrait devenir le futur 4-5 de cette équipe avec l’âge avançant de Duncan et de Bonner. Toutes les parties pourraient y gagner. Pour Andersen et Milicic, c’est plus de la rotation qu’autre chose. Ils pourraient rendre des services mais je ne sais pas s’ils pourraient changer le paysage défensif des Spurs, ne serait-ce que sur 10 minutes. À la rigueur, même s’il est vieillissant, Andersen serait à mon sens une meilleure pioche.

Ces joueurs là sont susceptibles de signer dans les prochains jours s’ils le veulent. Or, les Spurs aiment recruter en cours de saison des joueurs qui se font couper. À ce jeu là, on ne sait pas qui sera disponible et sous quelles conditions.



Les objectifs

Après avoir fait une saison spectaculaire, les Spurs ont semblé guéris des mésaventures passées en playoffs. Finalement, les démons sont un peu revenus et le Thunder a surtout été extrêmement fort dans cette série. Toujours est-il que l’espoir est désormais revenu et San Antonio devrait être un outsider de très haut niveau derrière les Lakers et le Thunder. Si viser le titre semblait complètement dingue au début de ces deux dernières saisons avant finalement d’être une ambition légitime avant le début des playoffs, San Antonio partira cette année avec cet objectif affirmé. Quoiqu’il en soit, San Antonio va essayer de laisser encore une fois sa marque dans les livres d’histoire des équipes ayant le jeu le plus agréable. La fin de saison dernière était un must. Espérons que ce soit aussi bien voire mieux cette saison, tout en gardant en tête que la défense doit de son côté améliorée.



La composition probable

MJ : Parker - Mills - (de Colo) - (Joseph)
Ar : Green - Ginobili - Neal
AS : Leonard - Jackson
AF : Diaw - Bonner - Blair
P : Duncan - Splitter
par marooned
#436361
La rotation extérieure est impressionnante. A l'intérieur, ça manque toujours d'un joueur athlétique. Après je me demande si le tir ne sera pas rectifier en cours de saison. Des joueurs comme Neal et Blair pourraient faire partis d'un package pour récupérer ce genre de profil.

Top 3 à l'Ouest sans problème en saison régulière avec le vécu collectif de ce groupe.
Avatar de l’utilisateur
par jofez55
#436754
Salut aux Spurs' Fans

On prend les mêmes ( ou presque ) et on recommence.

Avec l'expérience acquise l'année dernière le collectif, déjà bien fluide en fin de saison, va faire perdre la tête à pas mal d'équipes.
A suivre l'évolution de K.Leonard, B.Diaw, D.Green, voir si T.Splitter va arriver a s'imposer dans la raquette (PO compris) ...etc...

Pop va nous ménager nos "papys" pendant la saison, en espérant que cela fonctionne comme l'année passée.
Si on arrive sans blessure et pas trop fatigué en PO pourquoi pas, mais la concurrence va être rude.

En tout cas impatient que cette saison "complète" commence.

A+
Avatar de l’utilisateur
par lebarbu
#436759
merci pour la présentation Lucal , super taf .
je suis encore déçu de cette défaite face a OKC la saison dernière . l'équipe est complète et équilibré avec un coach très performant les Spurs seront sans aucun doutes une des grosses écuries pour cette saison a venir . les nouveaux ont pris leurs marques et trouvé leurs places reste a voir si les "vieux" ne sont pas trop vieux . je ne désespère pas de voir Duncan glaner une dernière bagouze même si ça sera très dur .
Avatar de l’utilisateur
par LucAl
#436766
Moi aussi j'aime beaucoup cette équipe et le jeu pratiqué. Oui cette défaite contre OKC restera comme un gros échec car les Spurs avaient vraiment quelque chose du champion l'année dernière. C'est une déception à la hauteur de celle de 2008 (le coup de l'avion qui crée énormément de fatigue contre les Lakers, ce match qui doit être gagné à l'extérieur) voire même plus...

Comme le dit si bien TP "j'aime nos chances". Les Spurs ne sont pas favoris mais ont de grosses armes. En plus, les médias vont encore laisser la franchise évoluer tranquillement (c'est à peine s'il y a des matchs sur la TV nationale). Les Lakers auront cette pression, OKC aussi. Même les Clippers vont encore avoir de la hype.

Si les anciens restent à un niveau semblable à celui de l'année dernière, oui il y a de gros espoirs. Leonard va peser encore plus, Boris aussi dans un autre registre.

J'espère toujours qu'un autre intérieur sera signé. Pour le moment, pas de mouvement signalé à part sur des joueurs sans étiquette. Blatch n'ayant pas été pris, je me dis qu'un Kenyon Martin serait pas mal du tout. Malgré tout, je suis sûr qu'un échange avec Blair et Neal se trame. Il n'arrivera pas tout de suite mais d'ici la date limite, ce serait étonnant de voir l'effectif rester dans cet état. J'espère que le staff va faire un coup.
Avatar de l’utilisateur
par DaJuan
#436769
Vu l'intersaison y'a vraiment aucune raison de ne pas retrouver les Spurs flamboyant de l'an dernier. Après ça fait 5 ans qu'on croise les doigts pour les vieilles carcasses de Gino & Duncan (voir TP maintenant) l'an dernier ça avait bien tenu si je me souviens bien, à voir cette année.

Diaw & Jackson seront intégrés à plus long terme, Leonard emmagasine de l'expérience à vitesse grand V, c'est du coté de Tiago Splitter dont j'attends finalement le plus de chose.

Sinon je suis comme vous, vraiment dégouté d'avoir vu les Spurs se faire bouter par le Thunder (qui était vraiment sur un nuage, faut l'avouer) surtout quand on voit la finale qui s'est jouée après ça.
Avatar de l’utilisateur
par LucAl
#436776
De toute façon, si les Spurs veulent retrouver le titre, il faut que tout le monde apporte. Il n'y a pas de Kevin Durant ou de LBJ pour rattraper les mauvais coups. Ça veut dire que les Green et Splitter qui ont craqué sur la fin de PO doivent rester au niveau. Même si on a tendance à l'oublier, ces deux gars là pèsent presque 10 points de moyenne chacun. Si les deux sortent de la rotation, il faut retrouver 20 points... C'est aussi le cas pour Bonner qui rend de super services depuis longtemps en saison mais qui craque toujours en PO. C'est pour ça que j'ai plus vraiment envie de le voir sur le parquet, même en saison. Boris devra aussi jouer pour lui. Contre le Thunder, c'est sur lui que les impasses ont été faites. Il n'a pas assez shooté ou alors trop sur une courte durée, ce qui a coûté à l'équipe. S'il est laissé seul, il doit pouvoir marquer 20 points tout au long du match et pas sur quelques possessions consécutives (ce qui n'est pas vraiment possible).

Les Spurs étaient l'équipe expérimentée l'année dernière mais se sont faits avoir comme des jeunes par moments. Aussi dingue que ça puisse paraitre, cette équipe a encore beaucoup de potentiel. Mais pour que ce potentiel se concrétise, il faut que les anciens restent à un niveau plus que décent. Finalement, c'est sur eux que porte le pari maintenant.

Quoiqu'il en soit, le San Antonio 2012 restera à mon sens le "vrai" champion NBA. Cette équipe était magnifique tout simplement. Quand je vois les Finales qu'ont produit le Thunder et le Heat, mon jugement me semble encore plus vrai. Je n'oublie pas non plus ce 6e match pourri par les arbitres...
Avatar de l’utilisateur
par LucAl
#436924
Les Spurs avaient déjà eu un 3e maillot dans les années 2000. Ça n'avait duré qu'une seule saison et il valait mieux car ce n'était pas une réussite. Cette année, l'expérience est retentée. C'est la première fois qu'un maillot n'a que le logo de l'équipe sans le texte.

Image

Je trouve ça plutôt moyen. J'aime beaucoup de maillot domicile des Spurs (très classe), moins celui de l'extérieur qui aurait besoin d'une retouche. Maintenant que je vois ça, je me dis que les vieux maillots sont à conserver. Il y a de l'idée mais ça fait maillot d'entrainement un peu je trouve. Il faudra voir ça en live maintenant. Ce sera lors du match d'ouverture face au Thunder.
Avatar de l’utilisateur
par Cee.Snipes
#436929
Bon, je les vois taper les Lakers en finale de conf avant de se faire concasser par le Heat en Finals.

Mais très bon prez' :). Je suivrais plus particulièrement la saison de Kawhi Leonard et de Tiago Splitter, deux joueurs que j'aime beaucoup.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 28
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]