Viens revivre ici les plus grands exploits qui ont fondé la légende de la NBA: Larry Bird, Michael Jordan, Magic et bien d'autres encore.
#346318
Merci à vous 3 pour vos avis constructifs.
@ la gachette : merci, c'est vrai que j'ai pas mal essayé de bosser le côté émotion sur la fin du texte, d'ailleurs je pense n'avoir jamais autant de temps à travailler le style d'écriture, j'espère que ça n'est pas au détriment des infos...
@ Akira : qu'entends-tu par "wikipediesque"? Trop d'infos en bloc au détriment de la qualité d'écriture? Merci pour ton commentaire en tout cas, c'est vrai que la citation de Reed m'a aussi marqué, il y va pas à demi-mot.
@ LeBron€ : pas mal des réactions à cette bio ont aussi été centrées sur Adelman, très peu comprennent comment on peut être aussi borné et aveugle. On ne connait pas forcément l'histoire en détail, mais ne pas vouloir faire confiance à ce point à un mec dont on dit tant de bien, c'est incompréhensible. Je prends note pour mes permanentes fautes, j'espère que ça n'est pas non plus flagrant (ou bien?) mais comme quoi, les relectures ne seront jamais assez nombreuses.. Après, c'est clair qu'en relisant quelques-unes de mes précédentes bios, je suis refroidi quand je vois certaines tournures de phrases. C'est plutôt encourageant, ça veut dire que je progresse au moins..
Pour ce qui est de la nationalité, je l'avais déjà dit à JJ, je m'étais fait la remarque pendant l'écriture, et j'ai décidé de conserver les nationalités contemporaines par souci de clarté.. Mais je comprends tout à fait que cela puisse beaucoup gêner. J'ai d'ailleurs tenté de rattraper le coup sur mon passage après la finale des JO 92..
Enfin, par rapport aux sources, elles sont très, très nombreuses.. ça va des sites officiels aux forums en passant par des simples recherches Google.. le but étant de recouper tout ça en faire un texte complet et cohérent. Par contre, quasiment aucune source francophone sur aucune de mes papiers, c'est aussi tout l'intérêt de l'écriture, tenter de pondre quelque chose d'inédit pouvant faire office de référence (toute proportion gardée..).
#346492
LeBron€ a écrit :Le style wikipédiesque dont parle aki je pense que c'est le fait de n'évoquer que les faits. Alors qu'avant ça tu utilises par exemple l'expression "décision injuste" qui montre ta perception personnelle de l'évènement, alors que sur wiki on rejette habituellement ces remarques, vu que ça se veut neutre.


Ok, là je vois. Mais du coup, une biographie ça se veut neutre généralement, "wikipediesque" donc.
Enfin, jamais je n'ai essayé d'y apporter un avis personnel, d'autant plus que je n'ai pas connu la période Petrovic.

LeBron€ a écrit :Pour le style oui, c'est vraiment beaucoup mieux que le précédent où il y avait une faute par ligne en gros


Hm... sur la bio de Manute Bol, une faute par ligne?
Je veux bien, je suis pas parfait et malgré les nombreuses relectures, il a dû subsister pas mal d'erreurs, mais pas à ce point quand même...

Pour le problème de la nationalité, j'ai bien compris ton point de vue. Je conçois que ça en gêne certains beaucoup plus que d'autres : je dois faire partie de la catégorie des "laisser passer".
Certes c'est anachronique, mais cela me semblait tout simplement plus clair. Le fait de parler de l'équipe nationale yougoslave jusqu'aux J.O 92 rattrape quelque peu mon erreur du coup, mais pas assez a priori. Mais je préfère que cela soit souligné, je m'en souviendrai si jamais l'envie me vient un jour de faire la biographie de Divac ou de Kukoc.. ;)
#346552
Salut Gatess !

Je viens de lire ton article.
Bien entendu, comme toutes les autres personnes te l'ont dit : Bravo !

On ne peut que te féliciter et t'encourager à continuer.
Un tel exercice en langue française fait plaisir. Tout ce qui touche au basket européen, en France, est à signaler. Surtout quand c'est de cette qualité factuelle.



Quelques remarques, si je peux me permettre, un peu dans le désordre :

(En effet, comme l'a souligné LeBron€ , y'a quelques tournures de phrases, quelques constructions syntaxiques parfois un peu "lourdes", c'est pas un grand souci, la relecture sur l'ordi, ça nique les yeux. Après, chacun son style d'écriture... et tant mieux si tu y attaches une grande importance). Mais parlons plutot du fond :

A un moment tu dis :

"Le jeu de Drazen est lui aussi atypique. Loin d'un basket classique et cantonné à des fondamentaux sans artifice, le jeune croate s'amuse. Il prend du bon temps sur un terrain de basket. Il a la parole facile, a « mauvais caractère » selon bon nombre de ses coéquipiers et n'hésite pas à chambrer à tout va. Les shoots à plus de 8 mètres ne lui posent aucun souci. Son objectif n'est pas seulement de gagner, ni même de dominer son défenseur direct, mais de tout simplement le décourager. Dribbles entre les jambes à visée uniquement déstabilisatrice, feintes ridicules, paniers dans des positions impossibles.. Le bonhomme se sait au-dessus et en profite sans s'en contenter. La suffisance, il ne connait pas."

Pas bien compris.
Justement, ne fait il pas preuve de "suffisance" ?
Ou bien tu veux dire qu'il ne se contente pas du minimum sur un parquet... il n'en fait jamais assez, donc, il n'est pas "suffisant sur un parquet"... quitte à faire son malin, se montrer "présomptueux"".

Un aspect de ta bio dénote du caractère de Petrovic : ses provocations et son arrogance, du moins perçus comme tels par ses adversaires et observateurs.

Son individualisme et son "Moi affirmé" : Petrovic se sent trop important pour l'Europe et donc il la quitte... et ensuite : "Coach, laisses moi jouer 30min pour que je te score 25pts" (dans ta gueule de coach bouseux qui n'a rien compris à la musique).

Même avec cette posture, l'Amérique a baillonné son talent pendant une saison et demi si j'ai bien compris.

Par rapport à l'antagonisme que tu introduis en début d'article :

"En ce jour d'automne 1964, les États-Unis s'apprêtent à suivre une nouvelle saison NBA, seizième du nom. Les Celtics de Boston, champions en titre, sont alors les grands favoris d'une ligue où le terme « mondialisation » est encore étranger, marquée par la suprématie de certains joueurs comme Bill Russel, Oscar Robertson, ou Wilt Chamberlain, dont la légende fut illuminée par les 100 points qu'il a scoré moins de deux ans auparavant.
Au même moment, à plus de 10 000 kilomètre de ces problématiques sportives, la ville portuaire de Sibenik, en Croatie, s'apprête à accueillir un heureux événement : le couple serbo-croate Petrovic vient de donner naissance à un enfant. C'est ici, au bord de l'Adriatique, que naitra le 22 octobre Drazen, leur second fils. Tout semble opposer les deux mondes décrits ci-dessus : Drazen Petrovic sera l'un des tous premiers à gommer l'épaisse frontière qui les divise".

La phrase a du style, et un sens profond... mais j'arrive pas trop à cerner cette "oppostion" entre le début de saison de la NBA et la naissance de Petrovic...
Ou tu sous entends que la NBA, c'est un rêve-doré-dollard-divin, et que la vie dans "ce qu'on appelait alors la Yougoslavie" :mrgreen: était du domaine du prosaique, c'est à dire, non "destiné" à connaitre les fastes (famille modeste, dans un coin modeste de l'ex Yougoslavie) ?


Enfin, rapidos :

- Neven Spahija, que tu cites au début de l'article, le meilleur ami de Petrovic, enfant de Sibenik lui aussi, est désormais coach (ex du TAU Vitoria, Maccabi, sélection croate...). Peut être tout le monde ne le sait pas (perso, y'a quelques noms propres cités qui me disent rien du tout..), donc, un petit renvoi en bas de page ou une note praticulière pour savoir qui est qui, ça peut être sympa... Ca te fait un ptit travail en plus, mais bon...


Quelques questions :

- D'où t'es venu l'idée de cette biographie sur Petrovic ?

- Y'a des phrases en italique qui ne sont pas des citations. La plupart du temps, ce sont des effets de chute. C'est de toi ou ce sont des parties que t'as repris ? (Juste comme çà).

Il devait y en avoir d'autres mais je les ai oubliées en route...


Un grand Bravo et merci.
#346593
Je me répète, mais merci pour vos commentaires et critiques, c'est vraiment constructif.
Ça me montre que mes textes sont appréciés mais que j'ai encore pleins de domaines dans lesquels je dois progresser. Pas mal de détails qui font la différence entre une bonne bio et une biographie "référence", ce à quoi je compte bien entendu aboutir..
Pour répondre à vos remarques / questions :

Micha a écrit :En effet, comme l'a souligné LeBron€ , y'a quelques tournures de phrases, quelques constructions syntaxiques parfois un peu "lourdes", c'est pas un grand souci, la relecture sur l'ordi, ça nique les yeux. Après, chacun son style d'écriture... et tant mieux si tu y attaches une grande importance


Ouép, je pense que ça vient du fait que je veux souvent en faire trop. J'en parlerai plus tard, mais j'ai une réelle volonté de "romancer" mes biographies pour éviter d'en faire une simple liste de faits / statistiques où tu sautes des lignes sans avoir l'impression de louper grand chose, parce que de toute façon t'en retiendras rien.. Après je bloque très souvent pour trouver le bon mot, la bonne expression qui donnera une bonne impression au lecteur. Le coup de "pierre angulaire d'une équipe semblant porter son unique nom", sur le coup j'en étais très satisfait. Avec le recul, ouais la deuxième partie de la phrase est de trop ^^. Le message est passé, mais pas la phrase. C'est un défaut assez difficile à corriger car certains laisseront mieux passer ce genre de choses, moi j'aime bien ces formules enjolivées, ça donne une certaine dimension au texte. Pour d'autres, c'est clair que ça fera lourdingue.

Micha a écrit :A un moment tu dis :

"Le jeu de Drazen est lui aussi atypique. Loin d'un basket classique et cantonné à des fondamentaux sans artifice
[....]
Le bonhomme se sait au-dessus et en profite sans s'en contesnter. La suffisance, il ne connait pas."

Pas bien compris.
Justement, ne fait il pas preuve de "suffisance" ?
Ou bien tu veux dire qu'il ne se contente pas du minimum sur un parquet... il n'en fait jamais assez, donc, il n'est pas "suffisant sur un parquet"... quitte à faire son malin, se montrer "présomptueux"".


Oui, suffisance dans le sens de ta seconde proposition.
Mais encore une fois, le terme porte à confusion, c'est clair. Du coup, ça n'est pas le plus judicieux.
De ce que j'ai pu voir, lire et entendre de Drazen Petrovic, c'est que c'était un taré du basket qui plaçait constamment la barre plus haute alors que la majorité s'en contenterait. Voilà, "se contenter de quelque chose", c'est ça que Petrovic ne connaissait pas.

Micha a écrit :Un aspect de ta bio dénote du caractère de Petrovic : ses provocations et son arrogance, du moins perçus comme tels par ses adversaires et observateurs.

Son individualisme et son "Moi affirmé" : Petrovic se sent trop important pour l'Europe et donc il la quitte... et ensuite : "Coach, laisses moi jouer 30min pour que je te score 25pts" (dans ta gueule de coach bouseux qui n'a rien compris à la musique).

Même avec cette posture, l'Amérique a baillonné son talent pendant une saison et demi si j'ai bien compris.


Ouais, mais ce caractère (au delà de la facilité qu'il laissait volontairement transparaitre par moment en Europe) présomptueux voire arrogant s'est surtout accru pendant le passage aux Blazers j'ai l'impression, où le comportement du staff était si incompréhensible que rester continuellement le cul sur le banc était insupportable pour lui. Passer de star adulée et qualifiée de tous les superlatifs en Europe, au second couteau inutilisé et sous-médiatisé aux U.S, il ne pouvait pas rêver pire. Ça a pas mal accentué son franc-parler et son individualisme (le fait de parler maladroitement la langue a aussi joué), et ça se ressent de façon assez flagrante dans ses citations de l'époque d'ailleurs.

Micha a écrit :Par rapport à l'antagonisme que tu introduis en début d'article :
"En ce jour d'automne 1964, les États-Unis s'apprêtent
[...]
[u]Tout semble opposer les deux mondes décrits ci-dessus
: Drazen Petrovic sera l'un des tous premiers à gommer l'épaisse frontière qui les divise".
La phrase a du style, et un sens profond... mais j'arrive pas trop à cerner cette "oppostion" entre le début de saison de la NBA et la naissance de Petrovic...
Ou tu sous entends que la NBA, c'est un rêve-doré-dollard-divin, et que la vie dans "ce qu'on appelait alors la Yougoslavie" :mrgreen: était du domaine du prosaique, c'est à dire, non "destiné" à connaitre les fastes (famille modeste, dans un coin modeste de l'ex Yougoslavie) ?


J'ai trouvé plusieurs avantages à une telle intro.
Comme l'a souligné LeBron€, c'est d'abord un effet de style qui permet la mise en contexte.. j'ai toujours bien aimé savoir ce qui s'est passé en même temps qu'un autre évènement, que l'on ne soupçonnait pas forcément. Ici, la naissance de Petrovic, les 100 points de Chamberlain 2 ans auparavant, voilà, on est sur un forum de basket, on ne dit pas Petrovic est né en 1964, on dit Petrovic est né 2 ans après les 100 points de Chamberlain! On ne dit pas j'ai mangé une pomme en janvier 2006, on dit j'ai mangé une pomme 3 jours avant les 81 points de Kobe!
Ironie à part, je pense que t'as compris ce que je voulais dire.
De plus ouais, ça me permettait aussi d'introduire la non-globalisation de la NBA de l'époque, histoire de montrer l'apport de Petrovic dans l'européanisation de la ligue, le côté pionnier de son arrivée quoi. Et puis c'est un thème qui me tient à coeur puisque - désolé d'avance du HS -, "la mondialisation de la NBA" est le sujet de mon mémoire que je m'apprête à commencer!

Micha a écrit :- Neven Spahija, que tu cites au début de l'article, le meilleur ami de Petrovic, enfant de Sibenik lui aussi, est désormais coach (ex du TAU Vitoria, Maccabi, sélection croate...). Peut être tout le monde ne le sait pas (perso, y'a quelques noms propres cités qui me disent rien du tout..), donc, un petit renvoi en bas de page ou une note praticulière pour savoir qui est qui, ça peut être sympa... Ca te fait un ptit travail en plus, mais bon...


Au delà du tout petit effort que cela aurait demandé, c'est surtout une information que tu viens de m'apprendre. J'avais vu ce nom dans une des nombreuses biographies non-francophones qu'on trouve sur le net (je me souviens même avoir hésité à préciser son nom, quitte à me contenter d'un "ami d'enfance de Drazen"), mais du coup je comprends maintenant pourquoi cela a été souligné. Il m'aurait pourtant suffit de googler son nom, je peux m'en prendre qu'à moi.

Micha a écrit :- D'où t'es venu l'idée de cette biographie sur Petrovic ?


Quand je compte me lancer dans une nouvelle biographie, la recherche du sujet se fait vraiment à l'arrache en général. Je google quelques noms qui m'intéressent (généralement des joueurs à l'histoire la plus atypique possible), je regarde les informations disponibles sur le net, et si j'ai de la matière, je favorise le tout. Pour Petrovic, je voulais la faire depuis quelques temps, ça reste quand même un "mythe" du basket. Ah oui, et cela me permet en même temps de m'informer sur le basket européen. Contrairement à toi qui - si je me trompe pas de membre... - est un assez fervent connaisseur du basket européen, je ne le suis que de très loin, et faire des biographies sur des joueurs ayant fait une partie de leur carrière sur le vieux continent est excitant pour moi.. Ça me permet d'en apprendre presque autant que ce que j'écris sur ce sujet au cours de la bio.
Et puis j'avais 2 ans quand Petrovic est décédé, je ne l'ai vu jouer que très peu (le classique contre Schmidt, ses 44 pions, des higlights, beaucoup d'archives, etc...) et je ne suis le vintage que depuis finalement assez peu de temps. Il y a donc quelques connaissances, certes, mais beaucoup, beaucoup d'infos piochées par ci par là, recoupées et présentées de manière la plus cohérente possible.

Micha a écrit :- Y'a des phrases en italique qui ne sont pas des citations. La plupart du temps, ce sont des effets de chute. C'est de toi ou ce sont des parties que t'as repris ?


Les phrases en italique qui ne sont pas des citations sont de moi, oui. C'est juste un effet de style encore une fois, ça romance le tout (j'essaye souvent de lire les bios à voix haute, histoire de mettre les phrases marquantes/intrigantes en italique, ça apporte quelque chose je trouve... mais ça n'est que mon avis).

Micha a écrit :Un grand Bravo et merci.


Merci à toi pour ton avis, très constructif.




LeBron€ a écrit :En relisant vaguement, on trouve également des "attributs" propres à un récit "romanesque" dans la seconde partie : j'ai juste chopé un passé simple (pas regardé s'il y en avait d'autres) au milieu d'un temps présent (qui est le temps en général qu'on emploie dans un style chronologique). "Il entra"... Par exemple là il faut choisir... Si tu fais un truc romanesque, tu utilises le prétérit un peu partout, soit tu gardes l'omniscience du présent. Dans une narration, tu as un peu la liberté de faire ce que tu veux (si tu gardes un semblant d'unité et de cohérence dans le style), mais si c'est une bio wikipédiesque, là t'as pas le choix, il faut respecter ces règles de point de vue neutre (les mêmes qui font que tu ne peux pas parler de Croatie avant l'indépendance^^ : c'est un choix de ta part, donc tu sors du point de vue omniscient).


Ça m'embête pas mal qu'on trouve cette seconde partie moins bien contée que la première, plus wikipédiesque du coup. Ça n'est pas mon intention, bien au contraire (plus c'est romancé sans partir dans le lourdingue, ça me va), d'autant plus que j'avais l'impression d'avoir beaucoup bossé cette seconde partie.

Sur la fin par exemple, j'étais parti pour énumérer sobrement les faits marquants qui ont suivi sa mort, mais ça faisait trop énumération justement. Du coup, pour magnifier le tout, j'ai entre-coupé avec les citations. Mais tu fais bien de le souligner, ça doit davantage être dans la partie NBA où le style est moins intéressant alors (peut-être aussi parce que j'étais beaucoup plus à l'aise que dans la partie européenne).

Merci aussi pour le problème de l'utilisation des temps, voilà un point auquel je prête peu d'importance jusque là, ça me vient naturellement en général et je ne m'y suis jamais vraiment penché... à changer, donc.
#346615
Inutile de s'excuser (même si je perçois l'ironie dans ta phrase..^^), c'est intéressant comme avis.
Ça n'est pas du tout le mien, mais je prends note de tout ce que tu dis.

En fait, je pense vraiment que tout est question de point de vue. Dans ton dernier post, il y a pas mal de choses avec lesquelles je suis en désaccord.

LeBron€ a écrit :les lecteurs recherchent plus une information qu'une mise en scène, qu'un roman
[...]
d'une manière générale, une biographie romancée est une mauvaise biographie


Sur les 3-4 dernières biographies, pas mal des membres les ayant lu et commenté disent aimer ma "plume" (pour citer le mot exact).
Or, le fait est que je romance volontairement mes biographies (avec pour principaux exemples celle-ci + celle de Bol), parce que contrairement à toi, je les trouve plus originales, plus agréables à lire et moins lourdes qu'un pavé d'infos comme on en retrouve 3 tonnes sur le net.

Quitte à prendre des risques et à ce que certains trouvent mon style lourd (même si j'ai bien compris que pour toi, le style c'est de ne pas en avoir, d'ailleurs intéressant ton passage à ce sujet), je préfère les écrire de cette manière car je préfèrerai les lire comme ça. Les biographies wikipédia, ça me gonfle.

Maintenant je suis loin d'être un écrivain aguerri et j'en ai bien conscience, mais même si à tes yeux une chronologie épurée et sans liberté est plus adéquate car moins risquée et plus respectueuse de la réalité, je pense vraiment continuer à 'travailler' dans ce genre d'écriture car c'est celui qui me plait, qui me semble le moins monotone, et surtout (car c'est quand même le plus important) qui semble plaire aux lecteurs.

LeBron€ a écrit :Par exemple quand tu dis : "L'hiver de l'Est américain est rude quand l'avion de Drazen Petrovic atterrit à East Rutherford. Mais le croate ne fait guère attention à la température glaciale." Là, c'est quoi romancé ? t'as des infos ?


Pourquoi parler de "trahison"? L'hiber de l'Est américain est toujours très froid, et la seconde phrase me permet d'introduire le fait que la météo n'est pas vraiment ce qui passionne Petrovic, qui s'apprête à enfin débuter une vraie carrière sportive aux USA. Je veux dire, si je commence à ne plus rien me permettre dans mes écrits, ça se contentera vraiment à des tirets avec les différentes informations à la suite.

LeBron€ a écrit :Un romancier, un biographe, voire un journaliste de qualité va user de peu d'expressions, parce que l'expression identifie par une étiquette, c'est un code, elle alourdit à l'écrit quand à l'oral elle sert, je pense, de repère et de facilité parce qu'on doit commenter, informer, dans l'instant ou au plus vite.


Ça j'ai trouvé très étrange. L'oral n'est t-il pas au contraire l'exercice où l'on doit être plus "laisser aller", aller au plus important de manière la plus cohérente, alors qu'au contraire l'écrit permet de tester la virtuosité de la rédaction, et est le lieu où doivent être justement utilisées ces expressions?

L'expression, la romance, c'est enjoliver un texte qui, brut, est moins agréable à l'oeil. Dans cette optique, j'ai du mal à suivre ton raisonnement, mais encore une fois tout ça est très subjectif.

LeBron€ a écrit :"donner les lettres de noblesse" "un heureux évènement (naissance)" "avec l'intime conviction"

Voilà trois exemples de "style" lourd et inutile.


Voilà par exemple la preuve de notre désaccord. Autant je trouve que la seconde puisse éventuellement être lourde (et encore), autant les 2 autres sont des expressions courantes, très utilisées dans tous les écrits, et rendent la lecture plus agréable.

Mais après, je conçois que tu trouves mon style "romancé" (car je préfère persévérer dans cette voie plutôt que de partir dans des biographies plates, avec 0 liberté) encore maladroit, et que tel Yoda enseignant au jeune padawan la voie à suivre, tu préférerai que j'évite de virer vers un genre d'écriture qui, à vouloir trop en faire, serait vraiment chiant à lire. Faire un récit épuré, c'est plus simple mais moins intéressant... J'en ai déjà lu énormément des bios toutes simples, avec les principales informations. C'est bien, on connait le principal mais pas d'anecdote et aucun plaisir dans la lecture.
Tu as parlé de juste milieu, je pense que c'est encore la meilleure solution à suivre... le seul souci est que je crois qu'on a pas la même notion du juste milieu ^^.

PS : en effet, pour le mémoire, je serai bien obligé de faire du très classique dans la rédaction... quoique, ça pourrait être drôle...!
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]