Viens revivre ici les plus grands exploits qui ont fondé la légende de la NBA: Larry Bird, Michael Jordan, Magic et bien d'autres encore.
#346978
Je me permet de participer un peu à votre discussion qui a pour but d'aider comme on le peut Gatesss pour ses prochains écrits.

Peut être que le terme de "Biographie romancée", ne dit pas vraiment ce que fait Gatesss.
Il a dit s'intéresser principalement à des trajectoires particulières, à des destins hors normes.
Donc forcément, y'a plus de contenu (de fond) à évoquer, plus d'éléments à narrer que pour une bio d'une personne sans réelle dimension/profondeur narrative (curieux de voir par exemple la façon dont pourrait être écrite une "bio romancée" d'une personne qui a joué dans un seul club, modeste, sans y avoir vraiment brillé...).

LeBron€ a rectifié le faux débat sur une 1ère partie romancée et une 2nde partie qui le serait moins.

Pour en revenir à l'idée de bio romancée : Gatesss utilise cette expression pour signifier qu'il cherche à mettre sa touche personnelle au niveau de la forme. Il se laisse tenter par un exercice d'écriture, en stylisant comme il le peut.
Evidemment que chercher un style pour s'en trouver un, ça sert pas à grand chose, ça n'est pas le but.
S'appliquer sur son écriture avec ses capacités et sa créativité, c'est autre chose. De la politesse, peut être...
Le style, chacun a le sien, il est déterminé par les expériences de lecture principalement. Pour (bien) écrire, mieux vaudrait (savoir) lire.
Gatesss écrit ses bios avec un certain vécu (d'écriture et de lecture et autre), il y pose sa patte :

Gatess a écrit :Quitte à prendre des risques et à ce que certains trouvent mon style lourd (même si j'ai bien compris que pour toi, le style c'est de ne pas en avoir, d'ailleurs intéressant ton passage à ce sujet), je préfère les écrire de cette manière car je préfèrerai les lire comme ça. Les biographies wikipédia, ça me gonfle.


Gatess a écrit :Mais après, je conçois que tu trouves mon style "romancé" (car je préfère persévérer dans cette voie plutôt que de partir dans des biographies plates, avec 0 liberté) encore maladroit, et que tel Yoda enseignant au jeune padawan la voie à suivre, tu préférerai que j'évite de virer vers un genre d'écriture qui, à vouloir trop en faire, serait vraiment chiant à lire. Faire un récit épuré, c'est plus simple mais moins intéressant... J'en ai déjà lu énormément des bios toutes simples, avec les principales informations. C'est bien, on connait le principal mais pas d'anecdote et aucun plaisir dans la lecture.



Il l'avoue lui même, certains passages sont encore à travailler, il n'est pas encore maitre et possesseur de son écriture à 100%.
Pour ses lecteurs, ça peut paraitre : assez lourd ou "mal écrit" par endroit ou bien écrit ou émouvant...

Le "ton" de Gatesss est souvent emphatique (perçu comme tel), et il me semble que dans une bio précédente, c'était encore plus le cas, on peut apprécier ou pas.
Peut être est ce un des aspects qui fait croire à cette bio romancée... Mais bon, des romans neutres, plats stylistiquement (volontairement (les meilleurs) ou pas), ça existe... Donc la simple tonalité expressive des bios de Gatesss n'est pas vraiment suffisante pour l'enfermer dans cette catégorie de bio romancée.

De "l'emphase" au "pathétique", la frontière n'est pas loin.
Histoire de goût.

Faire un bon récit épuré, c'est pas moins simple qu'un bon style emphatique

Par contre je te rassure, Gatesss, ce qui est chiant à lire, c'est tout sauf un texte qui est travaillé par son auteur.


LeBron€ a écrit :Bref, à mon avis, c'est très compliqué de suivre une ambition de biographie romancée. Il faut trouver le juste milieu entre ce qui doit être romancé et ce qui est véridique ou pensé comme tel. Il faut que le lecteur ne soit pas pris à défaut et sache quand il s'agit de fiction pour enjoliver, mettre dans le contexte, émouvoir, et quand il s'agit de faits avérés. Il faut être sûr de son style quand on veut travailler son écriture. Avoir le sens des proportions et de la mis en scène. Il faut être sûr de son vocabulaire et de son orthographe. Et maîtriser tout ça...



A mes yeux tes bios, Gatesss, ne sont pas vraiment des bios romancées.
Ce sont des bios plutôt bien écrites (si on occulte les quelques problèmes de syntaxe et cie) et très bien pensées, bien documentées.

Ça me dérange pas que tu t'écartes de la pure bio objective, style wikipédia (après, là on parle pour de bio sportives...).

Tu exprimes "ton style" (par des tournures, des choix de mots, un rythme, une tonalité, un lexique acquis...) en travaillant sur des données et des faits.

Je ne pense pas que tu aies tenté de jouer avec une partie des faits, ni que t'aies inventé ou enjolivé ou déprécié certains aspects de la vie de Petrovic.
L'idée de "bio romancée" du coup... prend du plomb dans l'aile (pour utiliser un lieu commun qui ravira LeBron€) :mrgreen:

Un bio romancée "exigerait" d'autres implications, d'autres codes.
C'est pas ce que tu fais.
Par contre si ça tenterais, celui qui écrit à "tous" les "droits"... L'imagination au service de la connaissance... du spéculatif au cognitif...
Après, ça doit faire "mouche", le lecteur n'y doit voir que du feu, se laisser prendre au jeu.
Le pacte lecteur/scripteur n'est pas tacite.

Pas l'impression qu'il ait fait une sorte d'hagiographie de Petrovic ou de Bol ou de Rogers (pour celles que j'ai lues. Dans ce sens, elles sont assez "neutres"), ni autre chose (et d'ailleurs, ça aurait été surprenant, puisqu'il a découvert l'histoire de Petrovic en l'écrivant, donc pas assez de recul pour prendre un parti pris sur le fond...).


Gatess, avec ses bios n'en est pas encore là. Ses interventions directes dans la narration sont assez brèves voir absentes : Il (Gatess caché derrière toutes ses infos, ses sources) nous raconte un truc c'est différent de : Je (Gatess) vous raconte un truc...


Une biographie, c'est le biographe qui lui donne vie. Sic.
Y'a pas vraiment de Lois : écriture "sèche", "objective", "omnisciente", "épurée"... pourquoi pas... pourquoi pas pas.
Le biographe fait ses choix.


En gros, peut être que le débat a été axé sur le problème de cette expression : biograpahie romancée (amorcée par LeBron€ et dont Gatesss s'est senti le devoir de répondre à la lettre).

Peu importe l'expression, mais c'est pour ôter une épine dans le pied de Gatess (pas le faire douter pour rien...) que je me suis permis d'émettre cet avis.

Tes bios sont excellentes pour le forum :041:
Pour un mémoire, t'aurais quelques petits détails à régler (tu le sais de toute façon).



Comme je viens de lire quelques uns de tes autres textes, rapidos :

- "Story of basketball" :

moins de fioritures pour celle là, forcément. Très intéressante, j'étais complétement ignare au sujet de cette affaire.

J'aime bien l'idée de la verticalité du panier, conséquence de la religiosité du bonhomme, regarder vers le haut, bien vu. Pas de symbolique phallique alors, zut...

"Le virus du basket était lancé, et rien ne pût l'arrêter", phrase typique (il me semble) qui sonne bizarre (niveau concordance des temps, c'est un peu lourd à l'oreille).
Ça sonnerait mieux ainsi : "Le virus du basket est lancé, et rien ne l'arrêtera" ou "Le virus du basket fut lancé, et rien ne l'arrêtera".


- Terry Porter : "When I was a Player" :

rien à dire de spécial. Connaissais pas la personne. Ecriture moins "expressive", comme la carrière du joueur - un individu au service du collectif-, comme par hasard...


- The Sudanese Sultan :

"Il pourrait faire de sa vie un roman..." en introduction.
Là aussi la première partie se prête plus à l'écriture que la seconde, moins marquée en événements, et encore...

Manute Bol, l'homme qui perdit une dent en dunkant :D
Dernière modification par Micha le 14 août 2010, 16:38, modifié 1 fois.
#346983
Je vais pas développer ce coup-ci : t'as vraiment pas mal résumé mon état d'esprit quant à ma façon d'appréhender l'écriture de la carrière d'un joueur, et du type de parcours qui m'intéresse (ceux qui correspondent à un style d'écriture un peu enjolivé - pour ne pas dire romancé... - bien entendu).

En tout cas, ton avis comme celui de LeBron€ sont vraiment constructifs, et même si celui du second est un peu plus tranché et ne m'a pas forcément convaincu (pas tout à fait d'accord sur certains points), ils me permettent aussi de prendre pas mal de recul sur les écrits, et ça fait plaisir. Je me suis lancé dans un autre gros projet, donc pas de biographie tout de suite, mais j'ai dores et déjà mon sujet en tête pour le prochain papier et j'avoue avoir hâte de lire vos réactions. Ça me freinera certainement dans mes quelques formules lourdingues en tout cas, et je risque aussi de modifier 2-3 petites choses.

Un grand merci encore pour avoir pris le temps de laisser ton point de vue sur ce papier, et aussi pour tes commentaires encourageants vis à vis des autres biographies. Encore celle sur Doc Rivers et sur Shaq, et tu auras fait la totale!
#347292
J'ai pas pris le temps de répondre hier, je voulais le faire aujourd'hui, mais aucune trace du dernier post de Micha! C'est dommage, il avait à nouveau bien résumé ma pensée, peut-être bien mieux que moi d'ailleurs...
Oukilé donc passé?

Juste quelques mots sur ton intro pour Petrovic :
L'utilisation du "je" est intéressante, c'est quelque chose à développer mais à travailler parce que ça fait vraiment à part dans une bio où l'objectivité est de rigueur (plus encore si on veut "romancer" - j'ose plus utiliser le terme maintenant, c'est malin! - le récit). Ici, je dois bien avouer que la rupture entre le début et le milieu ("je") et certains passages carrément ultra-métaphoriques, j'ai bien compris que t'es allé au bout du bout de ta pensée en exagérant un peu, mais là c'est trop pour moi ^^, style pompier comme tu le dis toi même :

Zeus peut bien tuer son père Cronos, il ne peut arrêter le cours du temps. Les dieux sont faits pour être craints et idolâtrés. Mais que seraient les grands mythes sans l'audace de ces quelques hommes cherchant à les défier, sans la persévérance et le talent de ces héros, reniés par leurs pères ? A ces jeux de Barcelone, il fallait des héros
.

Au contraire, y'a 2-3 passages carrément énormes. Le coup de la corrélation entre le shoot de Petrovic et sa carrière, wow. A placer dans la conclusion, par contre. J'avais trouvé ce poème sur Petro, que j'ai posé sans me poser de question en guise d'épilogue, mais là, ce passage pour poser un terme à la biographie, le top :

Il n'était pas un dieu de l'Olympe, pas un athlète hors-norme comme l'étaient les joueurs NBA. Dražen Petrović était un shooter, un maniaque du shoot. Et son destin devait suivre la même trajectoire que son shoot : au début, un geste ferme, mécanique, presque évident, toujours identique, toujours efficace, comme un spasme, puis une trajectoire infaillible jusqu'à son envol, puis le doute et enfin la chute.. qui semble contrôlée. Jusqu'à sa fin funeste et inattendue.


En attendant, quand je me remettrai à écrire, je rejetterai un coup d'oeil à cette intro. Beaucoup trop longue à mon goût, et dévoilant déjà beaucoup d'éléments (les J.O de 92), alors qu'à mes yeux faut juste poser le cadre, quelques phrases bien formulées qui accrochent le lecteur, ne pas partir dans des détails, y'a toute la bio pour ça. Mais faut aussi oser sortir des sentiers battus, ne serait-ce finalement pas ça que tu aimes dans l'écriture?

Merci encore pour tes avis.
#354691
Je viens de voir Once Brothers.
Jetez-vous dessus et regardez-le dès que vous pouvez, ce documentaire est en tout point exceptionnel.

Vous pouvez pas rester insensible à cette histoire mise en image. Ça jongle magnifiquement entre la vie de Divac et la légende de Petrovic, l'histoire du basket et l'Histoire tout court. Une réalisation parfaite.

Y'a des images hallucinantes, je veux pas spoiler mais on voit par exemple une discussion superbe entre Divac et Magic prise durant un practice ou ce dernier demande à Vlade des nouvelles de Petrovic, et le serbe explique à quel point il se sent mal à Portland, bloqué derrière la flopée d'arrières et en désaccord avec Adelman. Ce genre d'images, captées dans "l'intimité" et confirmant tout ce que j'ai pu lire et écrire sur Petrovic, je trouve ça magnifique.
Quand Adelman parle de Petrovic, j'ai juste envie de le baffer. Il a un côté faux jeton qui m'insupporte, on le sent gêné mais il fait comme si.

Autrement, on découvre un Vlade Divac super attachant et sympathique, je savais très peu de sa vie, c'est chose faite.

Bref, y'a des superbes anecdotes qui ne sont pas présentes dans mon récit et qui le complètent magnifiquement bien. Un geste notamment, dont je n'avais absolument pas connaissance, qui changera beaucoup de choses. Le côté historique de la Yougoslavie est très présent, ou comment l'Histoire a voulu séparer une équipe alors soudée comme une famille. Splendide, je vous dis.
De plus, c'est un docu très accessible, vous comprendrez aisément même avec un niveau d'anglais moyen.

C'est très triste, à éviter si vous êtes d'humeur cafardeuse... Mais ça permet vraiment de réaliser à quel point Drazen était un gars à part, acharné, patriotique et pleinement dévoué au basket, et pourquoi sa disparition laisse un goût incroyable d'inachevé pour Vlade Divac notamment, mais aussi pour tout fan de basket,

Bref, un put*** de must-see.
#354694
Gatess a écrit :Le côté historique de la Yougoslavie est très présent, ou comment l'Histoire a voulu séparer une équipe alors soudée comme une famille

Ils ont aujourd'hui probablement conscience qu'ils sont passés à côté de quelque chose d'énorme, ils auraient dominés sans aucun partage le basket européen et n'auraient peut-être pas été si loin des Etats-Unis d'alors, formant la meilleure sélection européenne de l'histoire, mais au moment même de la séparation cela m'étonnerait qu'ils aient été si tristes ou déçus que ça, un petit déchirement et sacrifice sportif pour un bien être, les clivages étant devenus trop importants. Tu vois à fin du doc (c'est pas un spoiler ça) la tombe de Petrovic avec une photo illustrant le joueur sous le maillot croate, ce n'est pas rien.

Enfin, c'est certain que ça reste du gachis...
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]