Tennis, Football, Baseball, Ski, Athlétisme, F1 ... Liste non exhaustive ! Avis aux amateurs
Avatar de l’utilisateur
par samacom
#342995
Je vais vous faire partager quelques faits historiques sur la Major League Baseball que j'ai lu à droite et gauche sur divers blogs canadien. J'aurais très bien pu vous balancer le lien mais la MLB regorge tellement d'histoire qu'un topic méritait de voir le jour ;).


Quand les Red Sox étaient les "white" Sox...

Berth sur rds.ca a écrit :Image

Tom Yawkey et son épouse au Fenway Park.

On rend souvent hommage à Branch Rickey, DG des Dodgers de Brooklyn de 1943 à 1950, pour avoir été le premier dirigeant en 60 ans à embaucher un joueur noir (Jackie Robinson) et le faire monter dans les majeures. Si son geste a demandé un certain courage, ses motivations n’étaient pas philanthropiques. Rickey avait trouvé une importante source de talent et voulait simplement, comme il se doit, prendre une longueur d’avance sur ses adversaires.

D’ailleurs, d’autres dirigeants des majeures, dont Bill Veeck Jr et même Miller Huggins, gérant des Yankees de 1918 à 1929, avaient rêvé d’aligner des joueurs des Negro Leagues bien avant lui. On raconte même qu’en 1942 Veeck voulait faire l’acquisition des Phillies de Philadelphie pour ensuite « stocker » l’équipe avec les plus grandes vedettes de race noire. Le baseball étant privé de plusieurs de ses vedettes en temps de guerre, Veeck croyait qu’une telle équipe serait imbattable.

Son plan a été déjoué par le Commissaire Kenesaw Mountain Landis qui a plutôt orchestré le rachat de la franchise par le Baseball Majeur. La mort de celui-ci en 1944 devait constituer un premier pas vers l’intégration.

Après Rickey, d’autres dirigeants ont rapidement emboîté le pas. Quelques mois plus tard, Larry Doby est devenu le premier joueur noir dans la Ligue Américaine, faisant ses débuts avec les Indians de Veeck. Les Browns (Hank Thompson), Giants (Monte Irvin), Braves (Sam Jethroe) et White Sox (Minnie Minoso) ont suivi. Une dizaine d’années après l’arrivée de Jackie Robinson, une seule équipe avait résisté à la nouvelle tendance.


Malgré tout le bien qu’il a accompli pour le baseball à Boston, le propriétaire Tom Yawkey a été, en 1959, le dernier dirigeant des majeures à admettre un noir dans son équipe. Il avait eu l’opportunité d’embaucher Robinson, Willie Mays et Hank Aaron quelques années auparavant mais croyait que les athlètes noirs étaient, par définition, inférieurs aux blancs. Les Red Sox de Yawkey ont finalement attendu 12 ans après l’arrivée de Robinson avant d’accueillir un joueur de race noire dans leur formation. Comme pour prouver son point, Yawkey a arrêté son choix sur Elijah (Pumpsie) Green, un réserviste sans grand talent qui n’a joué que pendant 5 ans dans les majeures.

Image
Pumpsie Green : Premier joueur noir à porter l’uniforme des Red Sox de Boston.

Yawkey a longtemps traîné une réputation de raciste, des accusations qu’il a toujours rejetées. Mais plusieurs, dont l’ancien gérant Dick Williams, ont été cinglants dans leurs critiques de l’attitude de Yawkey envers les noirs. Néanmoins, ce serait naïf de penser qu’il a été le seul de sa profession à pratiquer la discrimination.

Face au bassin grandissant d’athlètes noirs de talent, plusieurs se sont « résignés » à suivre l’exemple de Branch Rickey dans le seul but de demeurer compétitifs. Mais il vrai aussi que la ville de Boston a longtemps été un environnement hostile pour les joueurs de race noire. Reggie Smith, un des rares joueurs de couleur des Red Sox dans les années ’60, devait porter un casque protecteur pour patrouiller le champ extérieur, étant souvent la cible de projectiles de toutes sortes venant des estrades.

Image
Reggie Smith

Tom Yawkey, propriétaire des Red Sox de 1933 jusqu’à sa mort en 1976, a certes été une figure importante pour le baseball à Boston. Son dévouement envers son équipe et sa ville lui ont valu plusieurs honneurs, dont une place au Temple de la Renommée du Baseball. Ses réalisations sont nombreuses mais sa vision étroite en termes d’intégration demeurera toujours une tache à son dossier. Et c’est son équipe bien-aimée qui devra traîner cette réputation pour les générations à venir…
Avatar de l’utilisateur
par Bobcat
#343006
Belle anecdote! Merci! ;) Je ne suis pas fan de base-ball a la base mais c'est toujours intéressant de voir comment les choses étaient dans les ligues sportives il y a 50-60 ans. Je me souvenais de l'épisode Jackie Robinson (premier noir) mais ignorait le reste.
Ca me fait un peu penser (de loin car ici on parle de base-ball) à la biographie de Magic quand il évoque l'épisode Mc Adoo aux Lakers. Comme c'était compliqué d'être un des premiers joueurs noir de premier plan dans la ligue et le tollé quand je ne sais plus quel coach a débuté avec un 5 afro-américain sur le parquet.
Avatar de l’utilisateur
par samacom
#343654
francovanslyke sur Honus a écrit :
Bye bye José Lima...
Image

Honus vient d’apprendre la triste disparition de José Lima, à l’âge de 37 ans seulement, suite à une crise cardiaque ! Ex-pitcher vedette de la MLB dans les années 1990, Jose Lima était un personnage haut en couleur, un gars au grand cœur qui s’amusait sur les terrains.

Issu de la République Dominicaine, Lima s’était très vite fait un nom sur les terrains par son enthousiasme, son exubérance et tous ses gestes de fureur quand il arrivait à faire un K sur les batteurs adverses. Charrieur au possible, Lima s’inscrit parfaitement dans la lignée des joueurs latinos comme Fernando Valenzuela, ou Juan Marichal. Et quand il lançait, c’était le « Lima Time », un show qui faisait plaisir à tous ses fans !

Image

Intimider les batteurs adverses, c’était la grande force de Lima. Pour Joe Torre, c’est même ce trait de caractère qui l’a fait parvenir à de bons résultats. Impressionner les frappeurs en leur parlant, en lançant très intérieur, déjouer le mental des frappeurs, c’était bel et bien le truc de Lima.




Jose Lima ne laissera pas derrière lui des statistiques dignes d’un joueur All star. La carrière de Lima est même des plus modestes. Il arrive chez les Detroit Tigers en 1994, qui sont en pleine reconstruction, pour être finalement tradé vers Houston en 1997. L’arrivée chez les Astros va transformer le lanceur moyen en lanceur solide. En 1998, il explose, arrivant à gagner 16 matchs puis 21 matchs en 1999. Il est même appelé pour jouer au All Star Game en 1999 !

Après ces deux belles années, dés 2000, Lima connait de grosses difficultés, et signe une fiche peu reluisante de 7-16 et un ERA de 6.65. Houston décide alors de se séparer de lui.

Il visitera d’autres clubs de la MLB, les Detroit Tigers de nouveau (2001-2002), puis les Kansas City Royals en 2003, puis les Los Angeles Dodgers en 2004, où il signe une bonne saison (13-5) et participe au titre de la division par ses bonnes performances. Il lance à nouveau pour les "puissants" Kansas City Royals en 2005, ou il signe par contre l’une des pires saisons de l’histoire du baseball pour un lanceur.

Jose Lima finira son périple MLB chez les New York Mets en 2006, où il sent que le meilleur de sa carrière est bel et bien derrière lui.

Il finit sa carrière MLB avec une fiche de 89-102, et un ERA de 5.26 ERA.

Image

Jose Lima ne se laisse pas faire et part jouer en ligue dominicaine d’hiver, et part même jouer en Corée dans la KBO avec les Tigers de Kia en 2008 mais également aux Armada Long Beach une équipe de la Golden Ligue, ligue Indépendante de baseball espérant retrouver son meilleur niveau et être signé à nouveau en MLB. Les Los Angeles Dodgers ont toujours un oeil sur lui, espérant un retour de sa part au meilleur niveau et le retour du Lima Time !

Toujours enthousiaste sur le terrain, il laisse un vide chez tous ceux qui l’ont connu. Un de ses anciens coéquipiers avec les Dodgers, Guillermo Mota, rapporte que Lima aimait beaucoup passer du temps avec ses fans et surtout les enfants. Son truc favori, c’était quand il demandait aux enfants : « Il est quelle heure ? », les gamins lui répondaient « c’est le Lima Time » !

Idole des populations latinos, sa disparition est une tragique nouvelle pour tous les fans de baseball.

Joueur au grand cœur, Jose Lima a finalement disparu trop tôt, la faute à un grand cœur pas assez solide…

RIP, Jose Lima

Image
Avatar de l’utilisateur
par samacom
#345229
francovanslyke sur Honus a écrit :
Des gauchers dans l'infield
Image
Les gauchers en infield sont trés rares. Hormis la première base, où leur situation de gaucher les avantage, les positions de l’infield ont du mal à se conjuguer avec les talents de l’athlète gaucher.
Le gaucher se donne plus de mal pour tourner les doubles jeux, et faire les pivots nécessaires. On propose donc souvent aux gauchers de devenir soit lanceur, soit de les convertir aux postes de l’Outfield. Mais ce sort tragique n’a pas toujours été une fatalité, et il est arrivé dans l’histoire que, même à un niveau professionnel, des gauchers ont joué en infield. Les gauchers peuvent donc continuer à rêver.

Image

On débutera par Wee Willie Keeler, un joueur surtout connu pour ses talents d’outfielder mais qui joua quand même seconde base, short stop et même troisième base durant sa longue carrière entre 1892 et 1910. Ce gars fut un hall of fame (.341 de moyenne au bâton en carrière), et il joua à ces postes en infield pour dépanner pas moins de 71 fois. Sa petite taille et ses talents offensifs y sont sans doute pour beaucoup sur sa grande capacité d’adaptation à tous les postes. En effet, Wee Willie Keeler était un joueur rapide et reste reconnu comme l’un des meilleurs bunters de l’histoire du baseball pro ! Keeler est aussi connu pour avoir frappé durant 44 matchs de suite, un « streak » que seul Joe Dimaggio réussira à battre une cinquantaine d’années plus tard ! Pour la petite histoire, Keeler avait un conseil pour les frappeurs : le baseball, c’est simple, il faut frapper là où il y a personne sur le terrain !
Image

Les autres exemples sont moins inoubliables.

Les Phillies ont eu un catcher gaucher (on en avait déjà parlé avec le fameux Jack Clements) mais tentèrent également un gaucher au poste de short stop en la personne de Bill Hulen. Joueur de l’équipe Mineure des Minneapolis Millers en 1894 et 1895, il joue en 1896 pour les Phillies pas moins de 73 matchs entre la 2e base et le poste de short stop. Mais Hulen ne restera qu’une saison aux Phillies au plus haut niveau, faute certainement aux 51 erreurs faites durant ces 73 matchs ! Ill tentera plus tard de jouer chez les Washington Senators en 1899 pour 19 matchs encore au poste de short stop.

L’histoire assez mystérieuse de Bill Hulen ne s’arrête pas là. Grâce aux infos sur ce site (http://www.attheplate.com/wcbl/1907_1.htm), on retrouve ses traces vers Seattle en 1902 puis dans la ligue Canadienne de l’ouest, la Western Canadian League en 1907 dans l’équipe des Medicine Hat Mad Hanners, mais sous un autre nom… celui de Billy Hamilton ! En effet, Kid Hulen a cherché à faire disparaitre son passé et a changé de nom en toute fin de carrière. Pour quelles raisons, tout le monde l’ignore, même son épouse, qui croyait qu’il était mort. Celle ci demande le divorce une fois qu’elle apprend la nouvelle.

Bill Hulen joue ainsi 3e base pour l’équipe qui remporte la ligue en 1907 et marquera le plus de points avec 95 runs. En 1908, il cesse de jouer et devient gérant d’un hôtel à Winnipeg. Un journal rapporte de ses nouvelles en 1908 : "Billy Hamilton, a former proprietor of Noble’s hotel, Winnipeg, who was with Medicine Hat last season, will captain the Spokane team. Hamilton is a former big leaguer, his diamond name being Billy Hulen. There was some talk of him getting the management of the Maroons before Eddie Herr landed the job." (Manitoba Free Press, March 25, 1908)

Les photos de ce joueur sont très rares. En tout cas, le lanceur Dan Casey reste persuadé que ce Bill Hulen est le sujet du célèbre poème «Casey at the bat».

L’un des derniers gauchers en infield fut Jiggs Donahue lorsqu’il joua aux Saint Louis Browns en 1902 . Donahue était un joueur très réputé pour ses talents défensifs et joua à tous les postes autour de l’infield. De formation catcher, il joua ainsi durant cette saison 1902 en 3eme base, en 2eme base et même au poste de short stop. Mais son destin était tout tracé !
Image
Les White sox le convertissent en 1904 au poste de première base où il devient tout simplement exceptionnel ! Donahue est ainsi encore détenteur du plus grand nombre « putouts », 1846 pour la saison 1907 !

Tous ces exemples datent il est vrai de la « Dead ball era ». Entre destin tracé et traditions, il semble que le gaucher peut difficilement s’imposer de nos jours en infield…

Mais heureusement il reste le grand Don Mattingly qui joua durant sa carrière aux yankees de New York un match en seconde base en 1983 et trois matchs en 1986 pour dépanner!
Image
Avatar de l’utilisateur
par Greatwesternforum
#345915
C'est fait: Alex Rodriguez, ou "A-Rod" pour les initiés, une des stars des Yankees de New York, a atteint la marque des 600 Home Runs hier, contre les Blue Jays de Toronto. A 35 ans et 8 jours, il devient le plus jeune a dépasser cette marque des "600". Ironie du sort, il y a 3 ans jour pour jour, il frappait son 500e Home Run.

Il est donc n°7 sur la liste "all time" de la MLB:

1 - Barry Bonds 762 HR
2 - Hank Aaron 755
3 - Babe Ruth 714
4 - Willie Mays 660
5 - Ken Griffey Jr 630
6 - Sammy Sosa 609
7 - Alex Rodriguez 600
En sachant que les joueurs de base-ball partent en retraite à la quarantaine (entre 40 et 45 ans) et que Rodriguez colle entre 30 et 35 HR par saison,il est très possible qu'il finisse n°1 de ce classement. S'il tient le rythme, à 40-41 ans, il sera le premier a passer les 800 HR. Le record absolu est détenu par un japonais, Sadaharu Oh, qui a frappé 868 HR en 21 ans de carrière dans la ligue majeure japonaise, de 1959 à 1980.
Avatar de l’utilisateur
par L.A47
#346288
Tout le monde est d'accord pour dire ici, qu'il va les dépasser, sachant qu'il fait en plus une saison en demi-teinte, et que l'année dernière il avait même raté un mois de compétition. Il a largement les capacités pour déloger Barry Bonds, et son avantages sur ce dernier, c'est que A-Rod ne finira pas tristement sa carrière sur son histoire de dopage, dans dix ans, on en parlera peut-être encore, mais ça sera partiellement oublié. Barry Bonds, malheureusement ça va lui collé à la peau pour le restant de ses jours.
Avatar de l’utilisateur
par Knicksfan
#482320
C'est vraiment passionnant toutes ces histoires :) J'adore le baseball mais j'y comprends un peu rien, vous croyez que ça vaut le coup de faire l'acquisition d'un livre type "Le baseball pour les nuls "ou un truc comme ça?
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482327
Pas la peine, pour en savoir plus sur le baseball, il n'y a qu'a suivre le lien :arrow: http://mlbfrance.com/?cat=142 ;)

Josh Beckett dans l’histoire

Face à Philadelphia, Josh Beckett a réalisé le premier no-hitter (0 run et 0 hit encaissé) de 2014.

Longuement blessé, Beckett retrouve une seconde jeunesse à 34 ans. Son retour sur le devant de la scène MLB a atteint un sommet. Après 128 balles lancées (record en carrière), il réalise le premier no-hitter de la saison, et le premier pour les Dodgers depuis Hideo Nomo le 17 septembre 1996.

Beckett a raté quasiment toute la saison 2013, avant de faire son retour cette saison. Depuis, il a largement surpassé les attentes. En 2012-2013, avant sa blessure, il affichait une ERA de 4.76 (sur 36 matchs) et un ratio de strikeouts sur 9 innings de 7.29. En 9 matchs cette saison, son ERA n’est que de 2.43, et son ratio de strikeouts à bien augmenté pour atteindre 8.41. Beckett y a cru, et mérite son heure de gloire.

Image
Avatar de l’utilisateur
par samacom
#482372
L.A47 a écrit :Tout le monde est d'accord pour dire ici, qu'il va les dépasser, sachant qu'il fait en plus une saison en demi-teinte, et que l'année dernière il avait même raté un mois de compétition. Il a largement les capacités pour déloger Barry Bonds, et son avantages sur ce dernier, c'est que A-Rod ne finira pas tristement sa carrière sur son histoire de dopage, dans dix ans, on en parlera peut-être encore, mais ça sera partiellement oublié. Barry Bonds, malheureusement ça va lui collé à la peau pour le restant de ses jours.


J'adore ce passage :D


Bonne initiative iceman de faire vivre ce topic!

Bien content -même si je ne suis pas un fan des Dodgers- de voir Beckett nous sortir le premier no hitter de la saison.
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]