Tennis, Football, Baseball, Ski, Athlétisme, F1 ... Liste non exhaustive ! Avis aux amateurs
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482390
Analyse : Les Kings vont l'emporter si… … ils profitent de leur physique et de leur agressivité. Ce n’est pas le genre d’équipe qui va gagner avec du beau jeu mais plutôt à l’usure. Dans chacune des trois premières rondes les Kings ont fini par trouver et exploiter une faiblesse chez l’adversaire. Face aux Rangers, ils devraient avoir un avantage physique et l’exploiter dès le début pour ralentir leurs adversaires.

Les Rangers vont l'emporter si… Lundqvist est capable de voler quelques matchs et que les Rangers réussissent à utiliser leur vitesse à leur avantage. Lundqvist et la rapidité de l’équipe en général pourraient être les seuls avantages qu’ils ont. Leur défensive sera davantage sous pression en Finale de la Coupe Stanley que lors des trois rondes précédentes. New York n’a pas autant de profondeur que les Kings chez les joueurs de centre. Cependant, les Rangers se donneront une chance si Lundqvist est dans sa bulle, que McDonagh est leur meilleur patineur, ils déploient un bon échec avant, ce qui se produira s’ils donnent le ton dès le début.

Image
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482408
Petite vidéo du pari perdu du CH lors de la finale de l'Est :arrow: http://youtu.be/CTKYH1m22y0

Et les enjeux de La Stanley Cup : Les maires de New York et de Los Angeles ont effectué un pari sur le résultat de la Finale de la Coupe Stanley. L’enjeu : leur habileté à chanter devant une audience de millions de personnes.

Dans un pari annoncé mercredi, le maire de Los Angeles Eric Garcetti a déclaré qu'il fera une apparition à l'émission Jimmy Kimmel Live! sur les ondes d’ABC et interprètera le grand classique de Frank Sinatra, « New York, New York » si les Rangers de New York remportent la Coupe Stanley.

De l'autre côté, si les Kings de Los Angeles l'emportent, le maire de New York Bill de Blasio apparaîtra sur l'émission et chantera la chanson de Randy Newman, « I Love L.A. ».

De plus, le maire de la ville de l'équipe perdante devra acheter des hot dogs pour tout l'auditoire en studio de l'émission de Kimmel; de Blasio les achetera de Gray's Papaya à New York, tandis que Garcetti les achetera de Pink's Hot Dogs à Los Angeles.

Justin Williams donne l'avantage aux Kings en marquant dans la prolongation

Image
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482495
Les Kings de Los Angeles, des champions là pour rester

Image

Comme le veut la tradition, le commissaire de la LNH Gary Bettman a présenté la fameuse Coupe Stanley au capitaine de l’équipe gagnante, Dustin Brown.

Et tout de suite après, comme le veut l’autre tradition, Brown l’a remise au vétéran de 34 ans Robyn Regehr, qui n’a pas joué en Finale et dont le dernier match remontait à la série de deuxième ronde des Kings face aux Ducks d’Anaheim, au cours de laquelle il s’est blessé au genou.

Regehr est dans cette ligue depuis 14 ans et n’avait jamais eu la chance de soulever le précieux trophée, même si ses Flames de Calgary étaient passés à une victoire de le faire en 2004.

Sauf que malgré toute cette expérience dans la LNH, Regehr n’a disputé que 117 rencontres avec les Kings, lui qui ne s’est amené avec l’équipe qu’en avril 2013.

Mais Regehr n’a probablement jamais autant senti qu’il faisait partie de la grande famille des Kings qu’aujourd’hui, quand Brown lui a donné le précieux trophée dans les mains.

« C’était incroyable, a évoqué Regehr. Je m’en doutais un peu par contre. Matt [Greene] et certains autres vétérans en parlaient avant. […] C’est un sentiment extraordinaire. Il m’a fallu 15 ans. Je suis passé à un but près il y a 10 ans. Alors d’être de retour ici, c’était juste incroyable. »

Et ce geste de Brown est probablement un des éléments qui incarne le mieux cette organisation; les joueurs ont démontré à quel point ils étaient soudés et ont prouvé que leur leadership était à toute épreuve.

« On s’aime. On s’adore », a déclaré Alec Martinez, auteur du but gagnant vendredi soir. « L.A. est la seule chose que je connaisse puisque j’ai été repêché ici. Mais de ce que les autres gars qui ont joué ailleurs disent, ce qu’on a ici est assez spécial. Les gars s’aiment vraiment beaucoup, et ça en dit long sur ce que [le directeur général Dean Lombardi] a réussi à faire en réunissant ce groupe de gars-là. »

Et ce groupe de gars-là, il est composé de 17 joueurs qui faisaient également partie de l’édition championne de 2012, auxquels on a jumelé quelques acquisitions clés sur le marché des transactions et de jeunes joueurs en pleine éclosion.

« C’est grâce à nous tous et à la direction qui nous a gardés ensemble, a évoqué Brown. C’est très difficile de le faire aujourd’hui avec le plafond salarial, mais on a trouvé le moyen de mettre la main sur des gars qui ont bien voulu se joindre à nous pour bien jouer et ajouter à notre noyau. Et en plus de tout ça, les 20 gars qu’on avait ici étaient spéciaux. »

Parmi ceux qui avaient aussi soulevé la Coupe il y a deux ans, on retrouve le vétéran Justin Williams, qui avec ses neuf buts – dont le premier du match de vendredi – et 16 aides ce printemps a été nommé joueur par excellence des séries en recevant le trophée Conn Smythe.

Et Brown n’a pas manqué d’aller féliciter son coéquipier et ami d’avoir reçu pareil honneur.

« [Je lui ai juste dit] que je l’aimais, a mentionné Brown. Au final, c’est tout ce qui compte, aller à la guerre avec 20 joueurs qui feraient tout pour toi. C’est ce qui nous rend si spéciaux; nous sommes une équipe. »

Les Kings ont ainsi complété un parcours somme toute tumultueux en remportant les grands honneurs, même s’ils sont passés à une défaite près de ne jamais franchir la première ronde.

Au premier tour, Los Angeles tirait de l’arrière 3-0 contre les Sharks de San Jose après trois matchs, avant de gagner les quatre suivants pour surprendre les Sharks et les éliminer en sept rencontres.

En deuxième ronde, les Kings ont évité l’élimination face aux Ducks d’Anaheim lors du match no 6 alors qu’ils tiraient de l’arrière 3-2 et ont également remporté cette série en sept.

Puis, on a eu droit à « la Finale avant la Finale », quand les Kings ont affronté les Blackhawks de Chicago en finale de l’Ouest. Cette fois, ce sont eux qui n’ont pas réussi à achever les Hawks lors de la sixième rencontre, avant de finalement éliminer les champions en titre grâce à une victoire en prolongation lors du match no 7.

D’après le défenseur Drew Doughty, depuis cette remontée contre les Sharks au premier tour, les Kings n’ont jamais douté d’eux-mêmes et il a confiance que cette plus récente Coupe Stanley fera que le reste de la ligue non plus.

« Personne n’aurait jamais dit que nous étions un feu de paille [après la Coupe de 2012] parce qu’on était une bonne équipe, a expliqué Doughty. Mais en même temps, maintenant que nous en avons gagné une autre, plusieurs personnes pourraient dire que si on n’est pas la meilleure équipe de la LNH, on fait certainement partie des deux ou trois meilleures. C’est un sentiment incroyable et ça démontre à quel point notre équipe a été résiliente. »

Et cette deuxième Coupe Stanley en trois ans ouvre-t-elle la porte pour une dynastie chez les Kings, qui s’étaient aussi rendus en finale de l’Ouest l’an dernier?

« On va essayer, on va définitivement essayer, a déclaré l’attaquant Anze Kopitar. Je ne pense pas que les joueurs étant considérés comme le noyau de l’équipe s’en aillent nulle part bientôt, alors on va continuer de pousser dans cette direction. »
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482500
Justin Williams remporte le Conn Smythe

Image :eusa_clap:

L’attaquant des Kings de Los Angeles Justin Williams a ajouté à sa légende en séries éliminatoires en remportant le trophée Conn Smythe à titre de joueur le plus utile des séries éliminatoires de la Coupe Stanley 2014.

Williams, qui a marqué le premier but de la rencontre vendredi soir dans la victoire de 3-2 des Kings en deuxième période de prolongation contre les Rangers de New York dans le cadre du match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley au Staples Center, a récolté deux buts et cinq mentions d’aide au cours de la série de cinq matchs contre les Rangers. Ses sept points représentent un sommet dans la série.

Williams a conclu les séries éliminatoires avec neuf buts et 16 passes pour un total de 25 points.

Williams n’est pas totalement à l’aise avec son statut naissant de légende, statut qui est réservé, selon lui, à ses joueurs préférés quand il était jeune, Wayne Gretzky et Sergei Fedorov. Il préfère se décrire comme un joueur robuste, intense, compétitif qui n’est qu’une autre pièce du casse-tête pour les Kings.

Le terme ne colle peut-être pas à la description de Williams, mais ce qu’il a accompli au cours de sa carrière dans la LNH est légendaire. Il a confirmé sa place parmi les grands vendredi au Staples Center, alors qu’il a soulevé la Coupe Stanley pour la troisième fois.

Williams avait remporté la Coupe Stanley avec les Hurricanes de la Caroline en 2006. Il a ensuite répété l’exploit avec les Kings deux fois au cours des trois dernières saisons. Dans chacune de ces conquêtes, il a joué un rôle de premier plan, mais jamais autant que ce printemps, alors qu’il a inscrit deux buts et trois passes au cours des trois gains des Kings dans les matchs no 7.

« Vous pouvez ignorer toutes les statistiques – et il a affiché des statistiques impressionnantes, surtout dans les matchs ultimes – car il y a autre chose qui le caractérise », a affirmé le centre des Kings Anze Kopitar avant le match no 5. « Il est le ciment de cette équipe. »

Kopitar, tout comme l’avait fait le défenseur Drew Doughty plus tôt dans la série, a souligné le fait que Williams était un joueur sous-évalué. Cependant, Kopitar n’est plus vraiment certain que ce soit encore le cas.

Pensez-y, comment un joueur qui a gagné trois fois la Coupe Stanley, et qui a maintenant son nom sur le trophée Conn Smythe, peut être qualifié de sous-estimé?

L’entraîneur des Kings Darryl Sutter préfère utiliser un autre terme pour décrire Williams : « Unique. »

« Ce qui est unique, c’est qu’il est un joueur constant chaque soir, autant à domicile que sur la route, et il compte des buts importants, tout en comprenant son rôle », a souligné Sutter en parlant de Williams. « Bien souvent, des joueurs comme lui ne comprennent pas leur rôle. Selon moi, le qualifier d’unique est une autre manière de le qualifier de joueur très constant, très solide, qui comprend son rôle au sein d’une très bonne équipe de hockey. »

Williams ne niera pas cette description. Tout ce qu’il a toujours souhaité, c’est de pouvoir jouer son rôle et d’être un bon joueur d’équipe. C’est ainsi qu’il a été élevé à Cobourg, en Ontario.

Il a été sélectionné en première ronde (le 28e choix au total du repêchage 2000 de la LNH par les Flyers de Philadelphie). Il a atteint le plateau des 30 buts à deux reprises avec les Hurricanes. Cependant, Williams ne s’est jamais considéré comme autre chose qu’une pièce du casse-tête.

« Je ne fais rien de spectaculaire sur la glace, a fait remarquer Williams. Je ne suis pas le patineur le plus rapide. Je ne possède pas le meilleur lancer. J’essaie seulement de faire de mon mieux en fonctions de mes capacités. J’ai le sentiment que mon intelligence et mes instincts m’ont mené où je suis, ainsi que mon côté compétitif. »

Le centre des Kings Jarret Stoll a ajouté : « Il est un gars très intense. On peut voir à quel point il a les succès de l’équipe à cœur, à quel point il aime ses coéquipiers et le hockey. Il veut batailler si fort, à n’importe quel prix. Plus la rencontre est importante, plus il élève son jeu, et il parvient à effectuer le jeu clé. »

Et les exemples n’ont pas manqué au cours des présentes séries.

Prenons le septième match contre les Sharks de San Jose. Williams a transporté le disque sur l’aile droite et a attiré deux défenseurs vers lui avant de remettre à Kopitar qui a ainsi marqué le but qui donnait les devants aux Kings à 18:39 de la période médiane. Los Angeles a inscrit trois autres buts au troisième tiers et l’ont emporté 5-1.

Poursuivons avec le septième match contre les Ducks d’Anaheim. Williams a placé les Kings en avance à l’aide d’un but en avantage numérique à 4:30 du premier vingt. Los Angeles a triomphé 6-2.

N’oublions pas le septième match contre les Blackhawks de Chicago, alors que Williams a marqué le but égalisateur en première période avant d’effectuer un beau jeu derrière le filet pour préparer le but d’Alec Martinez en prolongation qui procurait une victoire de 5-4 aux Kings en prolongation.

Puis Williams a scellé l’issue du premier match de la Finale en prolongation, un gain de 3-2, quand il a battu le gardien des Rangers Henrik Lundqvist du côté du bâton.

Pour faire bonne mesure, Williams, dans la troisième rencontre, a attiré des joueurs adverses vers lui avant de remettre à Jeff Carter, qui a enfilé le premier but dans une victoire de 3-0. Ce filet a été réussi alors qu’il restait 0,8 seconde au premier tiers, ce qui a brisé les reins des Rangers.

« Il ne reçoit pas suffisamment de mérite pour tout ce qu’il fait », a ajouté Doughty à propos de Williams.

Ce devrait être le cas maintenant. Il l’a bien mérité.

Williams est trois fois champion de la Coupe Stanley, et il compte un trophée Conn Smythe à sa fiche. Tout cela est légendaire.
Avatar de l’utilisateur
par ICEMAN78
#482525
Plus de 300 000 personnes au défilé des Kings

Image

Jonathan Quick ressemblait à un gars qui n’avait pas dormi depuis vendredi soir. Jeff Carter, Drew Doughty et Trevor Lewis portaient encore leur barbe. Le visage de l’entraîneur en chef, Darryl Sutter, était légèrement étiré et il n’a plaisanté que lorsqu’on lui a demandé combien les joueurs des Kings de Los Angeles aimaient jouer ensemble.

« Ils n’aiment pas beaucoup cela, car ils auraient pu jouer ce soir », a répondu Sutter.

Le sixième match de la Finale de la Coupe Stanley contre les Rangers de New York aurait pu être disputé ce soir, mais au lieu de cela, la ville a célébré la deuxième Coupe des Kings en trois ans avec un défilé. Les Kings ont eu besoin du plus long parcours de l’histoire de la Ligue dans les séries éliminatoires en disputant 26 matchs. Ils ont mis fin à la saison en remportant le cinquième match, le plus long de leur histoire quand Alec Martinez a inscrit le but qui leur a procuré une victoire de 3-2 avec 5:17 à jouer dans la deuxième période de prolongation.

« Ce fut un parcours émotif et exténuant, a déclaré le vainqueur du trophée Conn Smythe Justin Williams. On ne peut décrire ce que nous ressentons après avoir tout donné et sortis victorieux. »

Plus de 300 000 partisans étaient massés dans les rues entourant le Staples Center par une belle journée, deux ans jour pour jour après avoir célébré la première Coupe en 2012. Cette fois-ci, il y avait une sensation qu’il y avait vraiment quelque chose de gros qui était en train de se construire. Les Kings ont les fondations d’une dynastie moderne, car leur équipe restera intacte pour les prochaines années, puisque leurs vedettes et l’éthique de travail de leurs cols bleus resteront ancrées pour toujours dans le paysage sportif local.

« On commence à être une ville de hockey, a lancé à la foule le capitaine Dustin Brown avant que la chanson « This Is L.A." » de Briggs retentisse et que les confettis se mettent à pleuvoir.

Luc Robitaille, le président des affaires commerciales et le visage public de la franchise, a affirmé que les Kings avaient renforcé leur lien avec la ville.

« Le premier défilé avait été spécial, mais celui d’aujourd’hui l’est encore plus, a dit Robitaille. Il semble qu’il est plus gros. Quand on a tourné le dernier coin de rue, c’était incroyable. C’était renversant. C’est très spécial et très spécial pour ces joueurs. Plusieurs gars proviennent de l’Est et ne se rendent pas compte combien ils sont devenus importants dans cette ville parce que L.A. est tellement une grande ville. Vous vous retrouvez dans un événement comme celui-là et on voit tout ce monde, c’est vraiment fantastique. »

À l’intérieur du Staples Center après le défilé, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a déclaré : « On a le meilleur ensoleillement de la planète, mais nous avons aussi la meilleure glace. »

Les applaudissements les plus chaleureux ont été réservés à Sutter et au directeur général Dean Lombardi, qui a commencé à jeter les bases de l’équipe pour qu’elle remporte la Coupe dès son arrivée à Los Angeles en 2006.

Les Kings ont pris le parcours le plus difficile à chaque fois qu’ils ont remporté la Coupe. En 2012, ils se sont qualifiés de justesse en terminant au huitième rang de l’Association de l’Ouest, et ils sont devenus la première équipe de l’histoire de la LNH à remporter trois matchs no 7, tous sur les patinoires adverses, pour accéder à la Finale 2014. Los Angeles est aussi devenue la quatrième équipe dans l’histoire de la LNH à combler un déficit de 3-0 et remporter la série quand ils ont éliminé les Sharks de San Jose en première ronde, cette année.

Lombardi a tenté de ne pas être trop émotif dans son discours.

« Cette franchise est passée à un autre niveau, a-t-il dit. Je me sens comme l’homme le plus chanceux du monde. »

« Nous sommes heureux de ce que nous avons accompli, mais nous croyons qu’il nous reste encore beaucoup à faire et que nous avons le potentiel pour devenir une grande équipe pour les prochaines saisons », a déclaré Williams.

Sutter a mentionné à ses joueurs que le chemin qu’ils avaient pris en 2012 soit prendre les devants 3-0 dans toutes leurs séries, ne se reproduira probablement plus. Il a admis que le parcours difficile de cette année avait été spécial, mais il s’attendait de gagner quand Lombardi lui a téléphoné à la fin de 2011 pour lui offrir le poste d’entraîneur en chef.

« L’équipe était en 12e place, a rappelé Sutter. On était au milieu de l’hiver, je devais nourrir 800 têtes de bétail, ma famille vivait à quatre heures d’ici et j’étais payé pour faire cela. Vous ne dites pas non parce que quelqu’un t’offre un emploi. Je ne suis pas dans cette position. J’étais dans une position à savoir si je voulais gagner ou non, et si je pensais que nous pouvions gagner. Ce n’est pas si difficile à comprendre. »

En 2012, les Kings ont dû attendre cinq jours pour participer à leur défilé. Cette année, ils n’ont attendu que deux jours, les joueurs n’ont donc pas eu le temps de faire la tournée avec la Coupe. Lewis a envoyé une photo de la Coupe sur la plage sur son compte Tweeter et plusieurs célébrations devraient suivre dans la communauté South Bay où la plupart des joueurs des Kings vivent. Mardi, ils amèneront la Coupe au Dodger Stadium pour une cérémonie avant le match entre les Dodgers et les Rockies du Colorado.

D’ici là, les joueurs des Kings se remettront peut-être de leurs célébrations.

« Il y a eu quelques partys et un peu de détente, a dit Quick en parlant des deux derniers jours. On a mangé des aliments un peu gras. On ne se préoccupera pas de notre alimentation pendant quelques jours. C’est bien, c’est une bonne expérience. »

Greene a fait savoir qu’il amènera fort probablement la Coupe chez lui au Michigan cet été.

Mais d’un point de vue hockey, la Coupe pourrait cependant ne pas quitter la Californie du Sud de sitôt.

« Vous voyez ce bébé, ici?, a déclaré Sutter en touchant à la Coupe. Elle est partie depuis quelques années, mais nous sommes heureux qu’elle soit de retour à la maison. »

https://www.youtube.com/watch?v=qyFIRlcwZPk
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]