Le meilleur du championnat espagnol, certainement le meilleur en Europe
#234572
Après la Joventut Badalona, place à un autre monstre sacré de la Liga ACB à la gloire plus récente : le Saski Baskonia SAD, plus connu de notre côté des Pyrénées sous le nom de Tau Vitoria.

Un peu d'Histoire :

Le club a été fondé en 1959 à Vitoria-Gasteiz, capitale administrative de la Communauté autonome du Pays Basque depuis 1980, et n'était l'époque qu'une section parmi d'autres du Club Deportivo Vasconia. Pendant 10 ans, l'équipe évolue dans le Championnat de la Province d'Alava qu'elle remporte à 5 reprises. A l'issue de la saison 1968-1969, le club accède à la 3ème Division, championnat qu'elle remporte dans la foulée. C'est le premier titre d'une longue série pour Vitoria.
Le Club Deportivo Vasconia passe deux saisons en seconde division et, sous la houlette de son coach mythique Pepe Laso, accède à l'élite du basket espagnol au printemps 1972. En 1976, le président José Luis Sánchez Erauskin décide de modifier légèrement la dénomination officielle du club et de le "basquiser" un petit peu : le B remplace le V pour donner naissance au Basconia-Scweppes. Ce changement d'une lettre peut paraîtra anodin mais dans le contexte de l'époque - un an après la mort de Franco - il ne l'est pas du tout.
A la fin de la saison 1980-81, le club est relégué en Primera et s'assigne la remontée immédiate comme objectif de la saison suivante. Pari réussi puisqu'après un an de purgatoire, Vitoria retrouve l'élite pour ne plus la quitter.

Lorsque le Baskonia reprend sa place en Première Division en 1982, le basket espagnol décide d'opérer sa mue en choisissant la voie du professionnalisme. Ainsi, la Liga ACB naît en 1983 et offre un cadre propice au développement d'un club décidé à franchir ce cap. La Ligue a également intérêt à ce que de nouveaux clubs se développe car à l'époque le championnat est outrageusement dominé par le Real Madrid (22 titres sur 27 !) alors que les catalans de Barcelone (3 titres entre 1957 et 1983) et de Badalone (2 titres au cours de cette période se partagent les miettes.
En 1985, le Arabatxo Baskonia remporte son premier trophée au sein de l'élite : la Copa Asociación à laquelle participaient les équipes éliminées lors du premier tour des Playoffs. Ce titre est peut-être symbolique mais il permet au club de faire son entrée sur la scène européenne : Vitoria tombera face à Villeurbanne mais prend rendez-vous pour l'avenir.
Au cours des années 80, le club se structure peu à peu et prépare les succès futurs. L'effectif s'internationalise déjà et les Essie Hollis, Terry White, Abdul Jeelani ou autres Larry Micheaux sauront conquérir le cœur du public. Également de jeunes joueurs comme Pablo Laso et Alberto Ortega se font également une place au soleil.

En 1987, un premier tournant intervient dans l'histoire du club : la société Taulell S.A., à travers ses marques Taugrés y TAU Cerámica, devient le sponsor principal de l'équipe et lui offre une assise financière solide. Ce partenariat est actuellement le plus ancien de la Ligue. Également au cours de la saison 1988-1989, l'ancien joueur Josean Querejeta est élu président et fait du club la toute premières société anonyme du basket espagnol : la SaskiBaskonia S.A.D.
Le second tournant intervient également à la fin des années 80 avec la construction d'une nouvelle salle. Le Pavillon Mendizorroza était devenu trop exigu pour une équipe qui pouvait compter sur un public de plus en plus important et de plus, la Liga ACB exigeait que chaque club de l'élite dispose d'une salle d'au moins 5 000 places. Le club investit l'ancien marché aux bestiaux de la ville pour en faire une salle moderne : la Araba Arena - qui deviendra la Fernando Buesa Arena en 2000, en hommage à un parlementaire socialiste assassiné par ETA alors qu'il visitait le campus universitaire de la ville - est inaugurée en septembre 1990 lors d'une rencontre face à l'Atlético de Madrid.

Sous l'impulsion de son président visionnaire Josean Querejeta, le Taugres (son petit nom à l'époque) poursuit sa marche en avant et recrute des joueurs du calibre de Sibilio, Rivas, Arlauckas, Marcelo Nicola, Velimir Perasović ou autres Kenny Green. Logiquement, les résultats sportifs sont vite là et lors de la saison 1991-1992, Vitoria retrouve l'Europe pour cette fois ne plus la quitter. Rapidement, le club se fait un nom sur la scène européenne en participant à 3 finales d'affilée de la Coupe Saporta. Après deux échecs successifs à Laussanne en 1994 et à Istanbul en 1995, les hommes de Manel Comas remportent à domicile son premier - et unique à ce jour - trophée européen : la Coupe Saporta 1996 fièrement soulevée par les Rivas (31 points lors de cette finale), Nicolas et un Garbajosa encore imberbe.
Mais cette Coupe Saporta n'est pas le premier trophée de cette équipe puisque l'année précédente, Pablo Laso et Velimir Perasović avaient ramené la Coupe d'Espagne à Vitoria. Le club va même devenir une équipe de Coupes puisqu'il va remporter 4 autres Coupes d'Espagne en 1999, 2002, 2004 et 2006.
En 1997, l'équipe va adopter son nom actuel et devenir le Tau Cerámica. En 1998, elle atteint la finale de la Liga ACB pour la première fois mais s'incline face à Manresa. Cependant, les fondations sont solides et le club peut entrevoir l'avenir avec sérénité car en plus de disposer d'importants moyens financiers, il peut s'appuyer sur un centre de formation efficace comme le prouvent les 2 titres de Champion d'Espagne Juniors remportés en 1991 et 1994.

Après avoir parfaitement négocié le virage du professionnalisme à la fin des années 80, le Tau Vitoria et son président Josean Querejeta va parfaitement aborder le tournant des années 2000, de l'Euroligue et de l'arrêt Bosman. Le club va faire venir de jeunes joueurs d'Espagne (Garbajosa), d'Europe (Teletovic) et surtout d'Amérique Latine (Nocioni, Scola et Splitter) dont elle va parfaire la formation. Sa puissance financière va également lui permettre de faire signer des grands nom du basket européen et mondial : Calderon, Foirest, Alexander, Macijauskas, Bennett, Oberto, Vidal, Hansen, Prigioni, et bien d'autres. Le tout coaché par des entraîneurs de renom : Dusko Ivanovic, Bozidar Maljkovic, Neven Spahija...
A la fin des années 90, la Araba Arena, devenue trop petite au fur et à mesure des victoires, s'agrandit pour atteindre sa capacité actuelle de 9 717 places. Un nouvel agrandissement est en projet et la Fernando Buesa Arena pourrait très bientôt accueillir jusqu'à 13 000 spectateurs.
Au niveau des finances, le budget du club était de 600 000€ en 1988 et la contribution du sponsor principal représentait 60% de ce montant. En 2007, le budget était de 14 M€ dont seulement 12% provenaient du sponsor principal. Développement des infrastructures, multiplication des revenus et des sources de financement, recrutement ambitieux et à long terme, telles sont les clés de l'avènement et de la longévité du Tau Vitoria.

Sur les parquets, le Saski Baskonia est devenu un très grand d'Espagne et d'Europe. Sur la scène nationale, en plus des succès en Coupe du Roi, le club obtient son premier titre de champion en 2002 : c'est le premier titre qui n'est remporté ni par le Real Madrid, ni par une équipe catalane (Barcelone, Badalone et Manresa). Les Basques ont remporté leur second titre cette année et ont également fait main basse sur la Supercopa qu'ils ont remportée à 4 reprises (2005, 2006, 2007 et 2008), seule l'édition 2004 leur ayant échappé.
En Europe, le Tau atteint sa première finale de l'Euroligue en 2001, année de la scission entre l'ULEB et la FIBA, où elle s'incline face au Kinder Bologne de Ginobili et Rigaudeau après 5 rencontres d'anthologie. Le club confirme sa régularité au plus haut niveau européen en participant à quatre Final Four d'affilée entre 2005 et 2008 sans jamais s'imposer. Cette année sera-t-elle la bonne ?

Quelques grands noms du club :
Josean Querejeta (1974-1978, 1980-1981 et 1984-1988)
Essie Hollis (1983-1985)
Alberto Ortega (1983-1991)
Pablo Laso (1984-1995)
Larry Micheaux (1986-1990)
Ramón Rivas (1989-1996)
Joe Arlauckas (1990-1993)
Marcelo Nicola (1991-1996)
Velimir Perasović (1993-1997)
Jorge Garbajosa (1994-2000)
Elmer Bennett (1997-2003)
Andrés Nocioni (1999-2000 et 2001-2004)
Laurent Foirest (1999-2003)
Luis Scola (2000-2007)
José Manuel Calderón (2002-2005)
Arvydas Macijauskas (2003-2005)

Le palmarès complet :
Coupe Saporta : 1996
Championnat d'Espagne : 2002 et 2008
Finaliste de la Liga ACB : 1998, 2005, 2006 et 2009
Coupe du Roi : 1995, 1999, 2002, 2004, 2006 et 2009
Supercopa : 2005, 2006, 2007, 2008 et 2009

Saison 2008-2009 :

Le Tau sort de la meilleure saison de son histoire avec à la clé un titre de champion, une finale de la Coupe du Roi et une nouvelle participation au Final Four de l'Euroligue. Le tout en ayant perdu son meilleur joueur, Luis Scola, parti à Houston faire le bonheur des Rockets.
L'équipe a de sacrés arguments à faire valoir, comme par exemple le pivot Brésilien Tiago Splitter qui n'a pas succombé aux sirènes des Spurs de Tony Parker et a préféré prolongé son séjour au Pays Basque. L'excellent meneur Pablo Prigioni, le MVP de la finale ACB Pete Mickeal et la révélation de la saison passée Mirza Teletovic sont toujours là alors qu'Igor Rakocevic aura à coeur de se racheter après une année en demie-teinte. On suivra également le jeune Argentin Matías Nocedal (18 ans) qui est annoncé comme le nouveau Ginobili. Faire mieux que l'an passé serait un exploit mais les Basques n'ont jamais semblé aussi forts donc tout est possible !

L'effectif :
Meneurs : Pablo Prigioni, Vlado Ilievski, Matías Nocedal
Arrières : Igor Rakocevic, Ariel Eslava
Ailiers : Pete Mickeal, Sergi Vidal, Fernando San Emeterio
Ailier-Fort : Mirza Teletovic
Pivots : Tiago Splitter, Will Mc Donald, Stanko Barac

Mouvements :
Arrivées : Shakur (Arizona Wildcats), San Emeterio (Gérone), Barac (Valence), Eslava (Gimnasia)
Départs : James Singleton (Dallas), Planinic (CSKA), Jasaitis (Badalone), Fernandez (Breogan)

Mouvements en cours de saison :
Arrivée : Vlado Ilievski (Olimpija Ljubljana)
Départ : Mustafa Shakur (Panellinios)

L'équipe est entraînée par Dusko Ivanovic qui a été licencié par Barcelone en février dernier. Malgré tout, c'est un coach apprécié par le public de Vitoria car il a contribué à la montée en puissance du club entre 2000 et 2005 en conduisant l'équipe à ses deux premiers Final Four et à son premier titre de champion d'Espagne. De plus, sous sa coupe, le Tau a conquis 2 Coupes du Roi (2002 et 2004).
Dernière modification par Le cyclone le 20 août 2009, 10:31, modifié 3 fois.
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#238710
Dans le choc entre les deux derniers champions d'Epsagne, c'est Vitoria qui s'est imposé hier sur son parquet 91 à 81 face au Real Madrid. Les Basques se sont appuyés sur une adresse presque insolente à 3 points (12/25) qui a compensé leurs errements aux lancers (17/26 contre 20/22 pour les Madrilènes). Le Real a perdu trop de ballons (16) pour pouvoir l'emporter et connaît déjà sa troisième défaite en 5 recontres : l'écart est déjà conséquent avec Vitoria qui commpte 5 victoire en 6 matches.
Le début de la rencontre a été équilibré, les deux équipes faisant jeu égal dans la raquette : il faut dire qu'avec Reyes d'un côté et Splitter de l'autre, il y a de quoi faire. Mais, sous l'impulsion de Prigioni et de San Emeterio, le Tau creusait un premier écart pour mener 40-35 à la mi-temps.
C'est dans le 3ème quart que Vitoria allait creuser l'écart de façon irrémédiable : Reyes étant trop seul pour répondre aux 3 points de Prigioni ou aux paniers de Rakocevic (26 points, meilleur marqueur de la rencontre) ou de Teletovic. Le Tau remporte le quart temps 30-18 (70-53).
Mais le Real a de la ressource, surtout Luis Bullock et Felipe Reyes, et revient à -13 (72-59) à 7 minutes de la fin. Le Real passe alors en défense de zone et réduit un peu plus l'écart qui tombe à -7 (76-69) à 3 minutes de la fin. Mais les efforts Madrilènes ont été vains car Teletovic choisit ce moment pour inscrire 3 paniers primés qui assurent la victoire de Vitoria (91-81). La fin de match a été particulièrement tendue et le retour aux vestiaires n'a pas été des plus sereins. Ca promet pour le match retour :!:.

Les joueurs en vue :
- Rakocevic (Vitoria) : 26 points, 2 passes, 7 fps et 23 d'éval.
- Prigioni (Vitoria) : 15 points (5/9 à 3 points), 3 rebonds, 5 passes, 1 interception et 15 d'éval.
- Bullock (Madrid) : 22 points (avec 10/10 aux LF), 2 rebonds, 2 interceptions, 7 fps et 24 d'éval.
- Reyes (Madrid) : 20 points, 8 rebonds, 7 fps et 19 d'éval.

Les stats de la rencontre : http://www.acb.com/fichas/LACB53041.php
Le résumé : http://acbtv.acb.com/video/951
Avatar de l’utilisateur
par GhostDogASC
#238882
Le cyclone a écrit :La fin de match a été particulièrement tendue et le retour aux vestiaires n'a pas été des plus sereins. Ca promet pour le match retour :!:.



Pas des plus sereins c'est le moins qu'on puisse dire, les deux équipes avec reyes vs teletovic en tête (+Mumbru, Papadopoulos, Mickeal etc) se sont frappés dessus à l'entrée des vestiaires pendant un bout de temps avant que les flics n'interviennent pour les séparer péniblement et le bus du Real a été accompagné de jets de pierre par les fans du Tau qui les attendaient à la sortie 8)
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#239019
Pour revenir sur cette bagarre générale digne du Top 14, voici les faits tels qu'ils sont décrits par Marca, journal pro-Real.

Tout a commencé par un contre de Mirza Teletovic sur Felipe Reyes à moins de deux minutes de la fin. En retombant, la main du Bosniaque heurte l'arcade gauche d'Hervelle qui se met à saigner. Sur les images (que je n'ai malheureusement pas trouvé), il semble que ce coup soit involontaire mais ce n'est pas ce que pensent les coéquipiers du Belge.
Il faut dire qu'avant cet incident, le match avait été très tendu et que la suite ne fut pas plus clames.. Sur les images, on voit qu'après son contre, Teletovic nargue Reyes qui lui fait face, en lui balançant un truc du style "t'as vu le contre que je viens de te mettre". Sur les actions suivantes, Teletovic fait parler sa classe en mettant deux trois points décisifs. Selon certains, il se serait touchéles parties en regardant Reyes après le premier panier primé. Pour d'autres, cette provocation n'a pas eu lieu.

Le fait est qu'au coup de sifflet final, on a assisté à une violente empoignade. Le Real rentre au vestiaire en premier et pour certains témoins, Felipe Reyes, Álex Mumbrú et d'autres joueurs du Real ont attendu les joueurs du Tau pour les "féliciter". Pour d'autres, Teletovic a crié sur Reyes pour que celui-ci se retourne. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a bien eu une altercation entre ces deux joueurs qui a conduit à une violente bagarre générale impliquant la grand emajorité des joueurs du Tau et quelques Madrilènes.
Il y a eu une pluie de coups entre joueurs des deux équipes : Mickeal, Felipe, Mumbrú, McDonald, Lazaros, Eslava... Un ami de McDonald (le frère de Ben Wallace ? :lol:) s'est même joint à l'empoignade ! Alors que des membres des deux équipes ont bien essayé de s'interposer (l'attaché de presse du Real, l'entraîneur adjoint du Tau, Sergi Vidal, aúl López ou un cousin de Teletovic qui a essayé de le calmer), Quinton Hosley et Jeremiah Massey, qui étaient allés prendre des nouvelles d'Hervelle, sont tombés sur leurs adversaires d'un soir et leurs coéquipiers en pleine distribution de marrons.
Quand la police a bien voulu intervenir, elle a pu assister au spectacle lamentable de types de plus de 2m en furie échangeant les coups de poings.

Ensuite, comme l'a dit GhostDogASC, les joueurs du real ont dû quitter le Pays Basque sous escorte policière et en essuyant des jets de projectile sur leur bus.

Il est difficile de déterminer les culbalités de chacun mais quand ça dégénère dans ces proportions, on peut dire que c'est de la faute des deux équipes. Reste maintenant à savoir comment va réagir la Ligue et quelles sanctions vont être prises...
Avatar de l’utilisateur
par Reiiel
#239652
(un post magnifique qui vaudra à son auteur d'être cité ici, au panthéon des amateurs de basket)
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#239656
En même temps, la citation vient de JJ qui sur chacun de ses post du topic fait de la pub pour B4L ! D'ailleurs, ça m'étonne qu'il ne soit inscrit sur ce forum que depuis juillet 2008 !
Avatar de l’utilisateur
par Johni John
#239669
Mouais, ce forum il est... comme ce que m'en avait dit Me Rei.
RAS.

Désolé d'avoir "emprunté" ton post, j'aurais ptêt dû te demander ;)
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#239680
T'inquiète, tu m'as cité et ça ne me dérange pas que tu aies repris mon post, c'est même plutôt flatteur ;). Tant que celui qui copie ce que je peux écrire mec ite comme auteur, cela ne me dérange pas du tout d'être repris.

Sinon, Mickeal, le MVP de la dernière finale de la Liga ACB, sera absent 3 semaines pour une blessure au genou gauche. C'est une perte importante mais le TAU a l'effectif pour combler son absence.

Source : http://www.marca.com/edicion/marca/baloncesto/euroliga/es/desarrollo/1181220.html
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#243407
Belle victoire de Vitoria sur le parquet d'une Joventut privée de Pops et Rubio, 83-97. le Tau a développé un jeu offensif très spectaculaire et très efficace avec un Rakocevic en verve, comme Wright chez les Vert et Noir. Vitoria a également construit sa victoire grâce à sa domination aux rebonds : 44 à 30.

Les meilleurs joueur de Vitoria :
- Rakocevic : 24 points, 2 rebonds, 5 passes, 3 interceptions, 6 fps et 33 d'éval.
- Splitter : 21 points, 12 rebonds, 2 passes et 20 d'éval.
- Vidal : 12 points, deux rebonds, 3 passes, 2 interceptions et 17 d'éval.
- Prigioni : 10 points, 4 rebonds, 4 passes, 3 interceptions et 15 d'éval.

Les stats du match : http://www.acb.com/fichas/LACB53065.php
Le résumé video : http://acbtv.acb.com/video/1026
Avatar de l’utilisateur
par Le cyclone
#246465
Le TAU domine la Liga ACB et Rakocevic a été élu MVP du mois de Novembre.
Ses stats sur le mois : 23.6 points, 2.2 rebonds, 2.6 passes, 1.6 interceptions, 4.8 fautes provoquées et une évaluation moyenne 26.2 points.

En bonus, Rakocevic en action :
<embed src="http://acbtv.acb.com/swf/video_embed.swf?xml=http%3A%2F%2Facbtv.acb.com%2Fvideo%2Fxml%2F1086%2F0%3Fvideo_id%3D1086" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" width="410" height="400"></embed>
long long title how many chars? lets see 123 ok more? yes 60

We have created lots of YouTube videos just so you can achieve [...]

Another post test yes yes yes or no, maybe ni? :-/

The best flat phpBB theme around. Period. Fine craftmanship and [...]

Do you need a super MOD? Well here it is. chew on this

All you need is right here. Content tag, SEO, listing, Pizza and spaghetti [...]

Lasagna on me this time ok? I got plenty of cash

this should be fantastic. but what about links,images, bbcodes etc etc? [...]